Marocains entre chaà¢bi et tolba

L’enquête sur les valeurs et les pratiques religieuses au Maroc (voir p. 57) ne s’est pas seulement intéressée à l’islam au quotidien, elle a également jeté la lumière sur nos goûts musicaux . Ainsi, 34% des Marocains écoutent fréquemment de la musique, 49% le font de temps en temps et 17% jamais. Pour ces derniers l’argument religieux n’est pas le principal facteur de rejet, mais plutôt une question de goût. Parmi les styles musicaux les plus en vogue, c’est le chaâbi qui caracole en tête des préférences, suivi par la musique orientale et les chants religieux (sama’ et madih) tandis que la musique occidentale et le raï ne viennent qu’en dernier.
Les enquêteurs sont allés jusqu’à interroger les gens sur les musiques écoutées lors des fêtes familiales, et notamment les mariages, révélant au passage que les négociations en la matière laissent souvent place à de belles batailles familiales. Résultat des courses : 26,1% des familles célèbrent leurs fêtes en faisant exclusivement appel aux tolba – une formule pas forcément plus religieuse car il s’agit aussi de l’option la moins lourde pour le porte-monnaie, 10,7% ont exclusivement recours aux troupes musicales, et 59,9% coupent la poire en deux, en entamant les festivités en compagnie des tolba et en les terminant avec les troupes musicales.