L’ONCF cible des voleurs

33 contrepoids dérobés en six mois

Les actes de vandalisme contre l’ONCF se multiplient. Depuis le début 2006, les services de l’office ont constaté une montée en flèche des vols de câbles électriques, en corrélation avec l’envolée du cours du cuivre sur les marchés internationaux. En plus des câbles, les contrepoids, masses en fonte, qui maintiennent les câbles véhiculant le courant électrique à une tension précise en vue d’alimenter les locomotives, font partie des articles les plus prisés par les voleurs qui les revendent à des fondeurs peu scrupuleux. En six mois, 33 contrepoids totalisant un poids d’une tonne ont été dérobés, indique Mohammed Smouni, directeur des infrastructures. Les tronçons les plus visés sont ceux de Casablanca, Fès, Sidi Yahya et Kénitra. Au préjudice subi par l’ONCF s’ajoutent les retards accusés de ce fait par les trains. Le dernier vol de contrepoids, intervenu jeudi 6 juillet sur l’axe Casablanca-Rabat, a ainsi nécessité une intervention des équipes techniques de la direction des infrastructures et occasionné un retard de trois heures aux voyageurs.

Ce ne sont pas là les seuls actes de malveillance subis par l’ONCF, et les jets de pierres figurent aussi en bonne place dans la liste. A fin juin 2006, les services du transporteur ferroviaire ont comptabilisé 473 jets de pierres, occasionnant, en plus de 22 blessés parmi les clients de l’ONCF, 600 000 DH de préjudice. Hassan Lequsiouer, directeur activité, se félicite toutefois de la baisse du nombre de ces actes par rapport à la même période de l’année précédente (-28 %), grâce à «l’effort de la police ferroviaire et des agents de la gendarmerie et de la police, sollicités à chaque agression.».