Les camionneurs font de la récup’

Depuis quelque temps, le secteur du transport de marchandises semblait retrouver son calme. Mais voilà que surgit, de nulle part, un syndicat représentant, apparemment, de petits transporteurs dans la catégorie des moins de 8 tonnes pour lancer un appel à la grève.
L’affaire est étrange à plusieurs titres. D’abord parce que les représentants du secteur rejettent eux-mêmes ce mouvement mené par un groupuscule dont ils pensent qu’il n’a «aucune portée réelle». Deuxio, les protestataires revendiquent, entre autres, de pouvoir transporter en toute légalité des charges de 14 tonnes sur leurs véhicules qui sont techniquement conçus pour en supporter 8. Autrement dit, on demande aux pouvoirs publics de légaliser l’illégal. Tertio, les professionnels et le ministère des Transports sont sur le point d’achever leurs négociations en vue de compléter la loi entrée en vigueur en mars dernier. Et de l’avis de toutes les parties, le consensus a été trouvé sur tous les points en suspens.
Quid alors des motivations de cette mystérieuse grève? Que ce soit au ministère des Transports ou chez les professionnels, ce mouvement ne peut avoir qu’une seule explication : certains opportunistes, sachant que des problèmes seront incessamment réglés, appellent à la grève pour dire ensuite à leur «base» que la question a été réglée grâce à leur action. C’est ce qu’on appelle dans le jargon syndicaliste la technique de la récupération. Pas bêtes, les camionneurs !