Le statu quo d’Abdellatif Jouahri

Abdellatif Jouahri a finalement opté pour le statu quo. Réuni sous la houlette du gouverneur, le 21 septembre, le conseil de la Banque centrale a décidé de maintenir le taux directeur à 3,25%. Cette décision est fondée sur le fait que ce taux est en ligne avec ses prévisions. Elle souligne en effet que l’inflation serait de 1% en 2010 et proche de 2% fin 2011. On peut en déduire que l’Institut d’émission, dont le principal souci, à l’instar de la plupart des banques centrales, est la stabilité des prix, estime ainsi qu’il n’y a pas de problème majeur pour le financement de l’économie, au regard des objectifs poursuivis. Il est d’ailleurs souligné que le rythme de progression du crédit bancaire (11,6%) reste soutenu même s’il a ralenti. De même, ceux qui attendaient une nouvelle baisse du taux de la réserve obligatoire pour les banques sont donc déçus. Ces dernières continueront ainsi de dépendre des avances à 7 jours de l’Institut d’émission qui a injecté un montant quotidien moyen de 22,9 milliards de DH durant le troisième trimestre.