La publicité préventivew est-elle efficace ?

Des spots publicitaires, des affiches, des débats à la radio et à la télévision, des campagnes de sensibilisation à l’attention des automobilistes et des piétons… des sommes énormes ont été dépensées, mais ont-elles eu un impact réel ? De l’avis des autorités, la baisse enregistrée dans le nombre de morts et de blessés dus aux accidents de la route est plus à mettre sur le compte du resserrement du contrôle que sur celui de la sensibilisation du grand public.
Rappelons que depuis le lancement du Plan stratégique intégré d’urgence (PSIU) en avril 2004, les chiffres sont en recul puisque, pour la période d’avril à décembre, le nombre d’accidents a baissé de 6,5%, le nombre de tués de 3% et celui des blessés graves de 13,4%, par rapport à la même période de 2003. Entre avril 2004 et avril 2005, même si le nombre d’accident est resté stable, les statistiques des morts et des blessés graves ont diminué respectivement de 5,9% et de 12,06%. Faut-il pour autant arrêter de sensibiliser ? Bien évidemment non. Mais il y a peut-être lieu d’opérer quelques ajustements.
Aussi, pour mesurer l’impact des campagnes de publicité, le Comité national de prévention des accidents de la circulation compte réaliser une étude en ce sens. Le but est d’avoir un baromètre chiffré. Le bureau d’étude, qui sera connu le 29 novembre, devra également tester l’efficacité des spots, messages radio et affiches avant leur diffusion