La famille Freidji reprend le Dawliz Tanger

Après plusieurs mois de négociations, la cession du complexe Dawliz Tanger aboutit enfin à un désengagement total de la famille Ben Barka au profit de la société Fredj Hotel. L’actionnaire principal du repreneur est Abdelkader Freidji, président de Smarty Pub, société d’affichage et de location d’espaces publicitaires.

L’opération de rachat a été soldée à 20 millions de DH et a porté sur l’ensemble des actions de Dawliz Tanger. Le nouveau maître des lieux envisage de transformer les espaces repris en salles de congrès.

Rappelons que depuis la fermeture, en 2004, des Dawliz Tanger et Meknès, qui étaient les premiers à tirer leur révérence, la voie de la reconversion, pour les sites restés dans le giron des fondateurs, était toute tracée. La chute vertigineuse du chiffre d’affaires, notamment pour le Dawliz Corniche de Casablanca qui assurait 60% des recettes du groupe (qui comptait aussi des salles à Meknès, Rabat, Tanger), a incité Souheil Ben Barka, celui qui avait dirigé pendant 18 ans le Centre cinématographique marocain (CCM), à stopper l’hémorragie. Après la cession du bail des Dawliz Habous, situés au centre-ville de Casablanca, à la société de distribution Maghreb Moderne Film, la vente de Dawliz Meknès à un investisseur touristique et le récent désengagement de celui de Tanger, les Ben Barka veulent se concentrer sur le chantier de reconversion de leur fleuron de la corniche casablancaise en hôtel haut standing.