La CDG double ses bénéfices

La CDG affiche une santé insolente. Le résultat de 2004 a dépassé la barre symbolique du milliard de DH atteignant plus exactement 1,17 milliard de DH soit le double du résultat de 2003. Avec la conjoncture actuelle, doubler ses bénéfices relève assurément de l’exploit. Pour le patron de la CDG, Mustapha Bakkoury, il n’y a pas de secret : les très bons résultats de la caisse s’expliquent principalement par les bonnes performances enregistrées au niveau des différentes filiales.
Techniquement, la CDG a enregistré une bonne progression du produit net bancaire (PNB) qui a atteint, en 2004, près de 1,36 milliard de DH. Il faut dire que la caisse a tout de même une assise financière qui donne le vertige : 38 milliards de DH de dépôts collectés, 92 milliards de ressources, un portefeuille obligataire de 29 milliards de DH sans oublier les 39 milliards de DH de portefeuilles gérés par les organismes de prévoyance sociale filiales de la CDG. Le RCAR, à lui seul, est en train de collecter les caisses de retraites les plus importantes du pays. Après l’ONCF, l’ODEP, la Régie des tabacs, deux autres grosses transactions sont en passe d’être conclues, à savoir l’ONE et l’OCP.
A côté de ses métiers traditionnels, la CDG lorgne d’autres métiers de plus en plus rentables. L’on se souvient de son entrée dans le tour de table de Lydec en 2004. Mais le grand rêve de M. Bakkoury, c’est manifestement la ville de Casablanca, pour laquelle il dit «avoir beaucoup d’ambition et de projets en perspectives». Pour autant, le patron de la CDG, qui s’exprimait lors d’un point de presse tenu mercredi 3 mai, ne perd pas de vue son métier de base : la finance. Pour lui, «l’une des priorités majeures de la CDG est de rester le leader sur les marchés financiers et de générer de la valeur au profit de l’ensemble la collectivité» .