La BNDE vend ses bijoux de famille

Six mois après le lancement effectif de son redéploiement, la BNDE a récupéré quelque 800 millions de DH de créances. Selon la direction générale, 380 millions de DH ont fait l’objet d’arrangements à l’amiable avec les clients et 100 millions de DH seulement ont été récupérés par voie judiciaire, le reste étant constitué par des recouvrements normaux.
Pour 2004, par contre, le plus gros reste à faire puisqu’il faudra recouvrer pas moins de 4,5 milliards de DH. Pour cela, des actions en justice seront engagées contre les clients récalcitrants même si du côté de la BNDE on ne se fait pas trop d’illusions vu la lenteur des procédures. La bonne nouvelle est que de nombreuses banques de la place ont manifesté leur intérêt pour racheter les créances saines. Ce qui permettra déjà, selon le directeur général, Ali Harraj, «de récupérer la coquette somme d’un milliard de dirhams».
Par ailleurs, la BNDE pourra collecter de l’argent frais à travers la vente de ses actifs immobiliers, notamment les agences non exploitées, des terrains, des locaux et même son siège social. Le DG de la banque nous a révélé que des discussions sont effectivement en cours avec des acheteurs potentiels, intéressés par le siège social de la banque, sis place Alaouyine, en face de la gare de Rabat-ville. «C’est toujours un peu dur de vendre les bijoux de famille, mais il faut le faire quand on n’a pas le choix et l’essentiel, c’est d’en tirer un bon prix», explique Ali Harraj avec une petite pointe de mélancolie