Hassan Aourid, le wali cool

inspections surprises et cérémonies relax

On connaît l’ancien conseiller du Roi, Hassan Aourid, pour ses talents d’orateur, ses qualités d’intellectuel mais pas sous les couleurs de l’agent d’autorité. Au lendemain de sa nomination à la tête de la région de Meknès, la question de savoir s’il avait le profil requis pour remplir sa mission de wali était sur toutes les lèvres. La réponse n’a pas tardé à venir.
Le nouveau wali de Meknès Tafilalet n’a pas perdu de temps. Premier jour, première réunion : Hassan Aourid a réuni les responsables pour un message clair : «Je suis là pour travailler et toutes les bonnes volontés sont les bienvenues». 48 heures après avoir intégré son poste, il a commencé à faire du terrain. Loin de tout protocole, le nouveau wali a entamé une série de tournées, parfois nocturnes, dans les lieux les plus reculés de Meknès. Effet de surprise oblige, Hassan Aourid a délaissé la voiture de fonction, trop voyante pour faire ses petites visites-surprise, au profit d’une Uno banalisée. Des virées qui l’ont mené au-delà même du périmètre de la ville. Récemment, alors que les responsables de la commune d’Oued Jamaâ tenaient une assemblée interne, le wali a débarqué et pris part à la discussion.
Mais Hassan Aourid a une autre fibre qu’on ne lui connaissait pas : celle de l’écologiste. Première action de son mandat : réhabiliter les espaces verts de la ville et, depuis quelques jours, un ballet incessant de pelleteuses nettoie les jardins. Enfin, la meilleure anecdote est celle de l’inauguration de la place de Lahdim. Un dimanche matin, le wali arrive en tenue de week-end : jean, chemisette et baskets. Les hauts fonctionnaires de la ville, dans leurs costumes et cravates noires très officielles, se sont sentis un tantinet gênés. Le tout Meknès ne parle que du nouveau wali cool !.

Hassan Aourid, nouveau wali de Meknès, aime les espaces verts et ose le look «jean-baskets».