Elections à  Tanger : l’Istiqlal proteste

Le Conseil constitutionnel devrait statuer dans les jours à venir sur un recours en annulation des récentes élections pour le renouvellement de cinq sièges de la 2e Chambre, organisées le 31 août dernier, dans la région de Tanger-Tétouan. Le recours a été introduit par le conseiller sortant de l’Istiqlal, Abdennacer Ahssissen, qui estime que ces élections ne sont pas réglementaires puisque les grands électeurs relevant de la ville de Larache n’ont pas le droit de voter. Selon la requête présentée par le Parti de l’Istiqlal, le tribunal administratif de Rabat avait déjà annulé l’élection, le 12 juin 2009, des membres du Conseil de la ville de Larache (39 au total), ce qui leur ôte, de facto, le droit de vote. Les autorités locales de la ville n’avaient pas exécuté le jugement avant les élections du 31 août. Ce qui constituerait un vice de forme. Le parti du Premier ministre a perdu, rappelons-le, deux sièges lors de ce scrutin.
Par ailleurs, la direction du Parti de l’Istiqlal a annoncé la radiation des rangs du parti de deux députés sahraouis, le président de la commission des finances à la 1ère Chambre, Ammar Cheikh et Hama Ahl Baba, également parlementaire de Dakhla. Les deux parlementaires qui avaient quitté, de leur propre gré, le parti de Abbas El Fassi, devraient, selon des indiscrétions, rejoindre le PAM.