Du développement social avec 47 MDH !

Comme chaque année, la Loi de finances fera des malheureux et des déçus. Le budget de 2006 n’a pas dérogé à la règle. Parmi les mécontents l’Agence de développement social (ADS). Selon des sources internes à l’agence, les responsables ont été frustrés en découvrant le minuscule budget d’investissement que leur a accordé l’Etat, à savoir 47 millions de DH.
La frustration de l’ADS est d’autant plus grande qu’il s’attendait à avoir beaucoup plus étant donné que 2006, comme tout le monde le sait, sera l’année du social par excellence. Le management de l’ADS pensait que dans la foulée de la nouvelle dynamique et de l’INDH il pouvait espérer voir ses moyens renforcés. Lors de la préparation des budgets, le patron de l’ADS a d’ailleurs soumis à son ministre de tutelle, Abderrahim Harouchi, un budget d’investissement pour 2006 de l’ordre de 280 millions de DH soit six fois ce qu’on lui a accordé.

Ces 280 MDH devaient permettre à l’Agence de remplir sa principale mission à savoir financer des projets de développement dans les régions pauvres. Les responsables de l’ADS étaient d’autant plus confiants qu’au mois de septembre dernier, le conseil d’administration de l’agence avait donné son feu vert pour une stratégie plus agressive avec l’ouverture de six nouvelles représentations régionales.
Mais à présent, avec ses 47 millions de DH, soit 4,3 millions de DH par région, l’ADS devra revoir ses ambitions à la baisse ou encore s’ingénier à mobiliser d’autres fonds ailleurs