des manuels non validés par le men

«La plupart des manuels d’éducation islamique qui sont utilisés dans les écoles publiques n’étaient pas validés par le ministère de l’Education nationale».

«La plupart des manuels d’éducation islamique qui sont utilisés dans les écoles publiques n’étaient pas validés par le ministère de l’Education nationale». Habib El Malki, lui-même, semble un peu effaré par l’ampleur de l’emprise extrémiste religieuse au sein de l’école publique. Ces manuels, dont l’aspect extérieur est identique à celui des ouvrages officiels, sont écoulés par les imprimeries dans les librairies et recommandés à l’achat par des enseignants complaisants. Bref, une véritable mafia qui prône l’intolérance et la haine. Première mesure, les ouvrages incriminés ont été recensés sur une liste noire, dont copie a été remise à tous les établissements étatiques. Il faut espérer que les écoles appliqueront réellement la mesure. Il restera ensuite encore beaucoup à faire. Car les manuels d’éducation islamique ne sont pas les seuls à être trafiqués. Il y a deux mois (Cf. LVE du 18 juillet 2003), La Vie éco avait signalé le danger que représente un certain manuel d’initiation à… l’art et à la technologie destiné à la cinquième année primaire. Les exemples en la matière peuvent être multipliés à l’infini. A ce propos, il serait utile de savoir où en est le travail de la commission des programmes que le Souverain avait appelée, dans son dernier discours du Trône, à faire preuve d’une vigilance accrue. Habib El Malki a donc du pain sur la planche. Et cela d’autant que la réforme doit également s’accompagner d’un contrôle sévère sur les fonctionnaires de son département. On savait déjà que le ministère de l’Education nationale était infiltré par les islamistes. On se rend compte aujourd’hui de l’ampleur de la gangrène à la lumière des résultats de la constitution des commissions paritaires devant élire les représentants syndicaux des salariés. En 1997, les islamistes y formaient une proportion de 3%. Aujourd’hui ils sont 15%. Attention, danger !