Des artichauts marocains pour les USA

Les opportunités qu’offre le libre-échange avec les Etats-Unis commencent à  se concrétiser. Et en attendant que des opérateurs marocains s’y mettent, ce sont les étrangers qui les saisissent en premier.

Les opportunités qu’offre le libre-échange avec les Etats-Unis commencent à se concrétiser. Et en attendant que des opérateurs marocains s’y mettent, ce sont les étrangers qui les saisissent en premier. C’est le cas par exemple de l’espagnol Rodenas qui envisage de s’installer dans la région de Kénitra pour produire des artichauts dans une exploitation de 260 hectares, propriété de l’Etat. Une fois récolté, le légume sera envoyé dans une usine à Larache qui sera chargée de conditionner les cœurs d’artichauts destinés exclusivement au marché américain.

Pour pénétrer le marché américain, les Espagnols ont trouvé l’astuce : ils se sont associés à un jeune Marocain installé aux Etats-Unis qui leur ouvrira certainement des portes. L’investisseur espagnol devra toutefois régler, comme à l’accoutumée, des problèmes d’ordre foncier. Et, selon des sources au ministère de l’Industrie et du Commerce, les négociations sont toujours en cours avec l’Etat mais ont de fortes chances d’aboutir, surtout si l’on sait que du côté du gouvernement on ne veut pas laisser partir les Espagnols. Et pour cause, Rodenas avait déjà tenté une première fois de s’installer au Maroc mais a dû repartir sans réaliser son projet. D’un autre côté, l’entreprise ibérique compte employer quelque 900 personnes, sachant qu’elle est déjà également présente en Chine où elle emploie 2 000 personnes. Ce serait en effet dommage de les laisser filer.