Concurrence : la SNEP épinglée ?

UNE Rà‰UNION DE CONFRONTATION EST PRà‰VUE

Après Savola, la Société nationale d’électrolyse et de pétrochimie (SNEP) sera-t-elle le prochain trophée de chasse des enquêteurs de l’autorité de la concurrence ? L’enquête qui avait été lancée en décembre 2006 (www.lavieeco.com) est achevée et le rapport final est également finalisé. Si les responsables du ministère des affaires économiques et générales, dont relèvent les enquêteurs, se sont refusé à  toute déclaration, des sources révèlent toutefois quelquesunes des conclusions du rapport.

La première est que «les principes d’une concurrence loyale sont faussés à  cause de certaines pratiques de la SNEP». En plus clair, les enquêteurs ont établi que la SNEP, filiale du groupe Chaâbi, spécialisée dans le PVC, accorde à  d’autres filiales du même groupe des «traitements de faveur » qui leur permettent d’être en meilleure position compétitive par rapport à  des entreprises concurrentes. Et c’est précisément ce que certains opérateurs du secteur, dont Plastima, avaient dénoncé à  l’époque, poussant le département des Affaires générales à  déclencher l’enquête.

Autre problème soulevé par les opérateurs : les droits de douane sur l’importation du PVC, qui sont aujourd’hui de 37,5%, sont une «protection déguisée pour la SNEP». Sur ce point aussi, le rapport d’enquête établit la distorsion. D’ailleurs, le ministère s’apprête à  adresser une lettre dans ce sens aux ministères du commerce extérieur et des finances dans laquelle il préconise de baisser ces droits de douane à  10%.

Néanmoins, il est expliqué au ministère des affaires économiques qu’il «est prématuré d’en parler», d’autant plus que le ministre, RachidTalbiAlami, avant de rendre publiques les conclusions du rapport, a préféré d’abord convoquer les opérateurs à  une réunion de confrontation pour éclaircir la situation.