Cellulose du Maroc sauvée in extremis

la cdg met la main à la pâte
La CDG aurait déjà injecté 50 MDH en comptes courants pour
la remise à flot de Cellulose du Maroc !
A quand le retour à la rentabilité ?

La SNI vient de céder ses participations dans l’usine de pâte à papier, Cellulose du Maroc, à la CDG. Cette dernière, en achetant les 22% de la SNI, se trouve donc être le principal actionnaire, et de loin, avec 40 % du tour de table puisqu’elle en détenait déjà 18%.
Il faut dire que la situation de l’entreprise n’a pas facilité les choses. En effet, elle est empêtrée dans des problèmes multiples (cours mondial de la pâte à papier en chute, approvisionnement onéreux en matières premières importées, déconfiture boursière de sa filiale Papelera de Tetouan, etc.). La conjonction de ces déboires avait fini par entamer dangereusement le capital de 650 MDH, en faisant fondre les fonds propres à 250 MDH, tout en explosant les ratios d’endettement (la dette globale atteignit plus de 600 MDH à fin 2002) .
Le montant de la transaction ne devrait pas dépasser la valeur nominale, dans le meilleur des cas, à savoir 140 MDH. Quant aux mesures d’urgence, la CDG aurait déjà injecté 50 MDH en comptes courants, pour une remise provisoire à flot.
Le vrai redressement, lui, ne peut provenir que d’un retour rapide à la rentabilité. Mais la CDG pourra-t-elle mettre indéfiniment la main à la poche ?