«Sawt Annas» en difficulté

Sawt Annas, le dernier-né des quotidiens arabophones d’informations générales, est en difficulté même si, tirant à quelque 30 000 exemplaires, il en vend 10 000. D’où viennent alors les problèmes ? Comme l’explique Jamal Berraoui, qui fait partie de l’équipe dirigeante, le business-plan initial aurait été bâti sur des paramètres qui n’auraient pas tenu compte de plusieurs charges en plus de la concurrence qui s’est avérée, après coup, acharnée. Pourtant, l’équipe dirigeante, composée de Jamal Berraoui, qui a fait le tour de plusieurs rédactions, Abdelkrim M’rani, ancien d’Al Ahdath et Salah Sbyea, démissionnaire de Libération, est entièrement issue du milieu de la presse.

Aujourd’hui, les 4 millions de DH misés lors du lancement du journal seront bientôt épuisés. Le capital, notons-le, se trouve éparpillé entre 38 actionnaires dont des journalistes de la rédaction.
L’équipe dirigeante songe à s’ouvrir à de nouveaux actionnaires pour porter le capital à huit millions de DH. La maquette devrait également subir un relifting afin d’être dans le ton de ce qui se fait de plus moderne en la matière. Sawt Annas a fait de bons débuts. Jusque-là, le nouveau média est bien accepté par le lectorat, et l’équipe, qui compte 22 journalistes, est tout à fait confiante dans les possibilités de progression du titre.