Abattoirs : le gestionnaire oublie la paie

le conseil de la ville en supportera une partie

Décevante ! C’est le moins que l’on puisse dire de l’attitude du groupe Vyzcaino Gypisa Bejar, titulaire jusqu’à fin mai 2007 (et depuis 5 ans), de la concession pour l’exploitation des abattoirs de viande rouge de Casablanca et qui, finalement, a assuré le service pour un an de plus. En effet, le groupe espagnol a plié bagages sans payer les salaires des employés pour le mois de mai. Aussitôt l’information connue, les ouvriers se sont organisés en bureau syndical et ont désigné des délégués pour alerter les autorités de la ville, notamment le Conseil et la wilaya.

Le gouverneur de la préfecture de Moulay Rachid a dû intervenir en personne pour calmer les esprits à la veille de l’arrivée du nouveau gestionnaire, le turc Unuër, qui a remporté l’appel d’offres pour une durée de 10 ans. Plusieurs réunions se sont tenues et les responsables de l’ancienne société ont été contactés pour trouver un arrangement.

Tout porte à croire qu’un début de solution sera trouvé. A l’heure où nous mettions sous presse, mercredi 28 mai, un membre du Conseil de la ville assurait que «les ouvriers n’ont pas à s’inquiéter et qu’ils recevront leurs salaires», dont une partie sera vraisemblablement prise en charge par le conseil.

Un acte de générosité ? Pas forcément puisque la curiosité dans l’histoire est que ces ouvriers, bien qu’employés par la société espagnole et payés par elle, ont découvert que leur véritable employeur était toujours la commune, comme au temps de l’ancien abattoir. Ils étaient tout simplement «mis à disposition» !