Persévérer, ne rien lâcher

Au fil des jours et de la succession quotidienne des chiffres et des statistiques, l’espoir grandit et la confiance se conforte quant à l’approche de la fin de l’épisode sanitaire.

Des milliers d’analystes, anonymes ou connus, au Maroc, suivent l’évolution du profil de la courbe épidémiologique qui semble avoir entamé depuis quelques jours un début de tendance baissière.

L’état d’urgence sanitaire a été décrété le 20 mars et dure donc depuis 43 jours. C’est long, certes, mais, chaque jour qui passe, l’on s’aperçoit que c’est nécessaire et vital au sens littéral du terme. Le confinement représente pour le Maroc la vraie arme contre la pandémie. La tendance d’accalmie, voire de baisse, s’explique, évidemment, par l’extraordinaire et mémorable travail des staffs de soignants marocains.

Mais les capacités de notre système de santé étant ce qu’elles sont, elles auraient pu être facilement et rapidement submergées si les bonnes décisions-confinement, état d’urgence et autres-n’avaient pas été prises suffisamment à l’avance. La courbe de l’épidémie aurait eu, qu’à Dieu ne plaise, un tout autre sort.

Le confinement a donc globalement fonctionné même si, naturellement, le zéro défaut n’existe pas. On entend, on voit, ça et là, des situations de non-respect, comme il s’en produit partout dans le monde et même dans les pays qu’on croyait et qu’on disait plus civilisés et plus disciplinés.

Au Maroc, aux derniers chiffres, le taux de contagiosité du virus est inférieur à 1, ce qui constitue la preuve tangible que le confinement fonctionne. Pourtant, qui aurait cru, le 20 mars dernier, que confiner des millions de Marocains chez eux pouvait être possible. A la décision d’instaurer l’état d’urgence et même les jours qui l’avaient précédée, certaines voix sceptiques envahissaient les réseaux sociaux, les intoxiquant à longueur de journée de messages négativistes, présentant le confinement comme étant IMPOSSIBLE à instaurer au Maroc. Le mode de vie, l’inconscience, l’indiscipline ou encore les impératifs d’ordre économique et alimentaire, sont autant d’arguments avancés par ces âmes sans scrupules pour appuyer leur pronostic, à savoir que le confinement ne fonctionnerait jamais au Maroc, parce que ingérable.

A ces esprits sceptiques et négatifs, le peuple marocain, chaque jour et depuis 43 jours, prouve parfaitement qu’il a le sens de la mobilisation pour l’intérêt général, qu’il est capable de faire preuve d’engagement collectif, sans limites, à tous les niveaux et dans toutes ses composantes. Les autorités et forces de l’ordre ont décrété de manière fluide l’état d’urgence, les citoyens ont répondu, les équipes médicales se sont engagées dans le combat avec foi et dévouement, la communauté a réfléchi et trouvé des solutions pour venir en aide aux catégories les plus vulnérables…

A présent, et au regard de la situation épidémiologique, il est fort à parier que dans quelques jours le plus dur sera derrière nous et une autre phase commencera : La sortie de crise. Il est donc primordial de persévérer, et surtout ne rien lâcher, jusqu’au 20 mai. L’histoire le retiendra pour le Maroc…