Viandes rouges : les professionnels se forment à la gestion des associations

Ils réfléchissent à l’élaboration d’une vision commune pour améliorer la performance et la gouvernance des organisations professionnelles de la filière. La formation s’inscrit dans le cadre de l’exécution du contrat programme 2014-2020.

La Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) a organisé, du 8 au 10 février à Rabat, un atelier de formation, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Thème traité : «L’élaboration d’une vision commune pour renforcer la performance, l’équité, la gouvernance et la gestion des organisations professionnelles». Cette séance de formation, s’inscrivant dans le cadre du contrat programme 2014-2020, vise la mise à niveau et l’amélioration des compétences humaines des organisations professionnelles affiliées à la FIVIAR.

Il est utile de rappeler que le contrat programme porte sur un montant global de 5 milliards de DH d’investissement, dont 1,45 milliard de dirhams supportés par l’Etat, et 3,55 milliards d’investissement privé. Il a pour objectif de produire 612 000 tonnes et vise une consommation de 17,3 kg/hab/an et un chiffre d’affaires de 30 milliards de DH. Le but est de créer plus de 80 000 emplois.

La fédération veut plus de transparence sur le marché

La filière de la viande rouge joue en effet un rôle important sur les volets économique, social et alimentaire. La filière assure pour le moment 15 milliards de DH de PIB agricole et couvre 98% des besoins des citoyens en viandes rouges. La production a, pour sa part, progressé, passant de 425 000 tonnes en 2009 à 495 000 tonnes en 2014. La quantité de viandes rouges produite dans les abattoirs est, elle, passée de 205 000 tonnes en 2009 à 243 000 tonnes en 2014.

Côté emplois créés par la filière, on comptabilise 1,9 million de journées de travail dans les différents maillons de la chaîne. Le pays comptait plus de 800 abattoirs, dont 182 abattoirs communaux, 711 tueries rurales, un abattoir privé agréé (à Meknès) et un abattoir municipal agréé (à Al Hoceima). Dans le cadre des efforts fournis par l’Etat et le secteur privé pour atteindre les objectifs du programme, d’autres abattoirs seront construits. L’investissement global était estimé à près de 600 MDH.

La Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) suit de près l’évolution du secteur. L’atelier, qui s’est déroulé sur 3 jours, a permis de formuler une stratégie et un plan d’action applicables au niveau des organisations professionnelles de la filière. Tout cela rentre dans le cadre des objectifs d’échange et de coordination entre les différentes professions de la filière. La FIVIAR veut également plus de transparence grâce à une meilleure connaissance de l’offre, de la demande et des mécanismes du marché.