Véritable ruée sur l’ADSL

Le nombre d’accès est passé de 3 491 à 15 000 en
trois mois seulement n Fournisseurs d’accès et clients soulignent
la longueur des délais de raccordement n La connexion illimitée
dope la demande.

Les internautes manifestent un véritable engouement pour l’ADSL, l’Internet à haut débit. Chez Menara, filiale de Maroc Telecom, on annonce que le nombre d’accès ADSL est passé de 3 491 à fin décembre 2003 à 15 000 au terme des trois premiers mois de l’année, soit une hausse de 330 %.
Ce regain d’intérêt est confirmé par des providers (fournisseurs de service internet) qui indiquent que les demandes doivent se situer autour de 3 000 par mois. Taïeb Bennani, secrétaire général du département chargé de la Poste et des Technologies de l’information, et Zakaria Lahjomri, directeur de l’Internet à Maroc Telecom, soulignent pour leur part qu’elles ne sont pas loin de 6 000 par mois.
Karim Zaz, DG de Maroc Connect, filiale de Wanadoo, abonde dans le même sens. Il fait remarquer qu’une «très forte demande est enregistrée ces dernières semaines» et indique que les clients utilisateurs de l’ADSL devraient atteindre le nombre de 30 000 à fin 2004. Pour lui, un tassement de la demande est attendu quand les connexions atteindront la barre des 90 000 à 100 000.
Pour le moment, sachant que, pour chaque accès, le nombre des utilisateurs doit être multiplié par 4 pour les liaisons résidentielles (particuliers) et jusqu’à 10 pour une PMI/PME, les internautes surfant grâce au haut débit seront bientôt 150 000 à 200 000.

Des tarifs alléchants pour attirer les curieux

Pour expliquer la ruée sur l’internet à haut débit, il faut simplement se tourner vers l’offre des opérateurs. Par exemple, on peut disposer d’une connexion illimitée à partir de 299 DH/mois. Maroc Connect propose une offre encore plus alléchante : tout abonnement ADSL, avec un débit de 128 Ko/seconde, sera facturé à 100 DH/mois, durant les trois premiers mois.
L’explosion de la demande a cependant ses limites. Certains fournisseurs d’accès, de même que des clients, sont mécontents des délais de raccordement (15 et 30 jours après la demande). Or, comme l’explique encore Karim Zaz, «ce produit s’adresse à une clientèle avertie et celle-ci ne comprend pas que l’on vende une technologie de pointe avec des délais fantaisistes».
Si, pour certains providers, on parle de centraux sous-dimensionnés ou à mettre à niveau, à Maroc Telecom on assure qu’à quelques exceptions près, les délais d’activation des lignes ADSL sont de l’ordre de 5 jours, après quelques désagréments rencontrés au cours de la première quinzaine de mars. Pour M. Lahjomri, la qualité du réseau et les délais de raccordement sont meilleurs qu’en Europe où l’activation peut prendre 10 à 30 jours.
Dans tous les cas, on peut comparer, toutes proportions gardées, l’assaut sur l’ADSL à la formidable explosion qu’a connue le mobile lors de l’arrivée de Méditel, avec les insuffisances que présentaient alors les équipements et la couverture. Cependant, les problèmes peuvent aussi s’expliquer par le mode d’utilisation dans les PME. En effet, un accès ADSL peut être dimensionné pour 4 postes au lieu d’un seul pour le résidentiel. Ainsi, quand il y a plusieurs utilisations simultanées, qualité et vitesse peuvent s’en ressentir