Une vision 2020 en préparation pour la formation professionnelle

Une étude a été confiée au cabinet Roland Berger. La nouvelle stratégie sera rendue publique en mars 2012. Pour la mise en oeuvre, des contrats programme public-privé seront signés.

Le ministère de l’emploi et de la formation professionnelle prépare «une vision stratégique de développement de la formation professionnelle à l’horizon 2020». C’est à cet effet qu’une étude confiée au cabinet  Roland Berger, suite à l’appel d’offres lancé en juin dernier, vient d’être entamée. Selon Mohamed Stassi, vice-président de la commission formation professionnelle à la CGEM, la nouvelle stratégie qui sera divulguée, en principe, en mars 2012, devrait permettre de trouver une articulation entre les différentes politiques industrielles sectorielles initiées par le gouvernement, les politiques publiques de promotion de l’emploi et le système de formation professionnelle. Elle sera par conséquent élaborée de concert avec l’ensemble des intervenants (opérateurs de formation privés et publics, chambres et organismes professionnels, syndicats, ONG, collectivités locales, etc.).
Le travail commencera par un diagnostic basé sur des entretiens avec les responsables du ministère de tutelle, avec 8 commissions départementales de ce ministère ainsi qu’avec une cinquantaine d’autres entités publiques et privées. Des ateliers de travail thématiques seront aussi organisés. Pour cette première étape, le chemin est déjà défriché par les partenaires étrangers, dont la fondation européenne pour la formation (Europeen training fondation-ETF) qui a réalisé, en 2010, un diagnostic du système marocain. Les résultats devaient être présentés ce vendredi 14, à l’occasion d’une rencontre avec la CGEM, en présence d’organismes de coopération internationale en matière de formation.

Des assises de la formation professionnelle sont prévues

En plus du diagnostic, un benchmark avec plusieurs pays modèles en la matière de formation, dont la Suède, la France, l’Allemagne, le Brésil, la Turquie et la Corée du Sud, sera réalisé.
L’étude devrait déboucher sur l’élaboration d’un plan thématique et sectoriel de la formation avec une évaluation des besoins quantitatifs et qualitatifs par secteur, à l’horizon 2020, à la fois au niveau national et régional. Pour la mise en œuvre, des contrats engageant les différents acteurs (Etat,OFPPT, organisations professionnelles, opérateurs publics et privés, etc.) seront signés à l’occasion de la tenue des assises nationales de la formation dont la date reste à déterminer. Ces contrats programme doivent définir les objectifs, les moyens et modalités de financement, les rôles et les responsabilités de chaque acteur concerné. Le pilotage et le suivi de l’étude seront assurés par un comité stratégique élargi composé des représentants de l’administration, de la CGEM, du Conseil supérieur de l’enseignement ainsi que tous les organismes concernés comme l’ANAPEC, le HCP, la CNSS, les syndicats… Un comité de suivi plus restreint sera chargé de l’examen et de la validation des étapes de l’étude.