Une multinationale américaine s’installe au Maroc

Mitre Group International (MGI) a investi 1,5 MDH pour créer sa filiale n
Elle est appelée à  servir de plate-forme pour conquérir le marché de la zone
MENA.
 Les arguments de la filiale : le portefeuille MGI international qui compte
les plus grandes institutions financières, comme Merril Lynch, Goldman Sach, ou
encore des grands fournisseurs de services télécoms et internet.

Avec le développement et l’utilisation des technologies de l’information en général et du e-business en particulier, une nouvelle activité, celle du conseil, de la surveillance et de la sécurisation informatique commence à  gagner le Maroc. Ainsi, une multinationale américaine, Mitre Group International (MGI), leader dans cette branche, a ouvert une filiale à  Rabat pour anticiper ce marché, tout juste naissant, mais prometteur, si l’on en croit le DG de cette filiale, Yahia Rachid (Richard, outre Atlantique). L’investissement n’est pas colossal, soit 1,5 million de DH, mais le projet peut s’avérer intéressant pour les informaticiens marocains, dans la mesure oà¹, à  partir du Maroc, M. Yahia vise toute la zone Afrique du Nord, Moyen-Orient, en particulier l’Algérie, la Tunisie et certains pays du Golfe, o๠il affirme avoir décelé des opportunités réelles pour son entreprise. Le développement de logiciels pour l’export est prévu Pour ce début, en effet, l’entreprise, créée depuis septembre 2003, va tourner avec une dizaine de personnes, en majorité des ingénieurs informaticiens, même si le DG est submergé par les CV, plus de 300, dont beaucoup de titulaires vivent à  l’étranger et voudraient revenir dans leur pays. Pour tourner à  plein régime, le promoteur affirme pouvoir employer une trentaine d’ingénieurs. Pour l’instant, il en est à  la prospection du marché et aux entretiens avec des clients potentiels pour son entreprise. En moins d’un mois, il affirme avoir convaincu une dizaine d’organismes dont des ministères, des assurances et même un holding installé au Maroc et il projette de s’attaquer aux banques qui ne peuvent pas rester insensibles à  la sécurisation des transactions commerciales via internet. Il faut signaler ici que Yahia Rachid dispose, pour convaincre, d’un argument de taille : le portefeuille MGI international qui compte les plus grandes institutions financières, comme Merril Lynch, Goldman Sach, ou encore des grands fournisseurs de services de télécoms et d’internet tels UUNET ou MCI Worldcom, pour ne citer que ceux-là . Reste à  savoir ce que propose concrètement MGI aux entreprises. Il s’agit, explique Yahia Richard d’une gamme de services qui va de la planification de stratégie à  la protection des sites contre le piratage et autres attaques informatiques. Pour cela, l’entreprise se voit établir, dans un premier temps, un diagnostic de son système, débouchant sur l’établissement d’un cahier recensant les failles de son système d’information et les recommandations qui en découlent, en fonction du risque. MGI compte aussi développer la fabrication de logiciels liés à  son activité et destinés à  l’exportation