Une enveloppe de 387 MDH pour aménager la voirie de la région Errahma-Ouled Azzouz

Un accord de partenariat public-privé regroupant des acteurs publics et les promoteurs immobiliers opérant dans la région a été signé. Les travaux seront réalisés en deux tranches et porteront principalement sur l’élargissement des voies reliant la région.

Véritable pôle urbain en périphérie de la capitale économique, la région Errahma-Ouled Azzouz a connu la signature, le 22 mars, d’une convention entre acteurs publics et partenaires privés ayant pour objectif la réalisation d’infrastructures, notamment l’aménagement de la voirie. Cet accord vise principalement à réhabiliter le réseau routier dans cette région qui est une extension naturelle de Casablanca avec une croissance démographique qui dépasse les 15%. En effet, la région a connu la naissance d’une «nouvelle ville», Arrahma, en une très courte période. Elle abritait plus de 120 000 personnes en 2012 et les prévisions tablent sur un quadruplement de la population en 2016. Cette urbanisation rapide a entraîné de nombreuses contraintes dont une insuffisance des infrastructures et des services publics mais également des embouteillages et des problèmes de circulation qui sont légion sur la route provinciale 3 014. «L’exode rural et les flux migratoires des  villes avoisinantes ont été derrière la forte mobilité résidentielle qui, à son tour, a conduit au congestionnement que connaît la région aujourd’hui», explique-t-on au niveau de la wilaya du Grand Casablanca.

L’objectif de ce projet est donc de créer un nouveau pôle urbain intégré avec tous les équipements de proximité, afin de diminuer la pression sur la métropole casablancaise. Pour ce faire, des travaux seront lancés sur une distance globale de près de 53 kilomètres et seront réalisés en deux phases avec une enveloppe budgétaire globale de 387,2 MDH. La première phase portera sur l’élargissement de la route provinciale 3 014 entre le cimetière Errahma et Hay Hassani ainsi que la route provinciale 3 001, de même que l’élargissement de la route nationale n°1 entre Lissasfa et la RP 3 003. La deuxième phase nécessitera un investissement de 188,2 MDH et concernera la suite de la route nationale n°1 entre la RP 3003 et la limite de la province de Berrechid ainsi que la création, entre autres, d’une voie panoramique en 2×2 entre la limite de Hay Hassani et la RP 3003.

45 168 projets immobiliers autorisés dans la région dont 36 992 de logements sociaux

Véritable partenariat public-privé, le tour de table réunit la wilaya et la Région du Grand Casablanca, la province de Nouaceur, l’Agence urbaine de Casablanca, les communes urbaines et rurales de Dar Bouazza et d’Ouled Azzouz, le ministère de l’équipement et des transports, l’ONEEP, Lydec ainsi qu’un Groupement d’intérêt économique (GIE). Ce dernier est un large consortium immobilier représenté par Idmaj Sakan et comptant les promoteurs immobiliers opérant dans la zone.

Le programme de mise à niveau sera financé par les promoteurs dont les projets sont déjà autorisés ou ayant reçu l’accord de la commission ad hoc, à raison de 1 500 DH par unité autorisée pour la catégorie sociale, 6 000 DH pour la catégorie intermédiaire, 8 000 DH pour les villas dont les surfaces sont inférieures ou égales à 300 m² et 12 000 DH pour les villas dont les surfaces sont supérieures à 300 m². Cette participation sera répartie sur les exercices 2013, 2014 et 2015, à raison de 40% la première année, 30% la deuxième et 30% à partir de janvier 2015. Toutefois, le promoteur devra s’acquitter de la totalité de sa contribution avant la demande de la réception et du permis d’habiter de son projet. Déjà, un total de 45 168 projets a été autorisé dont 36 992 de logements sociaux.