Une convention collective en préparation pour les employés du secteur du tourisme

Les négociations ont commencé avec les cinq principaux syndicats. La première étape sera effectuée avec la Fédération nationale de l’industrie hôtelière. La convention cadre sera ensuite étendue aux autres métiers en fonction de leurs spécificités.

On en parle depuis plus de trois ans, mais cette fois-ci un petit pas a été fait sur le chemin de l’élaboration de conventions collectives pour les différents métiers du tourisme. En effet, à l’initiative et sous l’égide de la Fédération nationale du tourisme (FNT), les pourparlers ont commencé entre la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH) et les cinq grands syndicats nationaux (UMT, CDT, UGTM UNMT et FDT) pour mettre en place, «dans un délai raisonnable», une convention cadre dans le secteur du tourisme en commençant dans un premier temps par les entreprises hôtelières.

Cette convention cadre pourrait être étendue, une fois adoptée et consacrée par un protocole d’accord entre la FNT et les syndicats, à d’autres métiers du tourisme en l’adaptant aux spécificités de chacun. Elle devrait, selon la FNT, ouvrir la voie à des conventions d’entreprises ou de groupes d’entreprises. L’objectif est de fournir un cadre commun de promotion sociale des salariés et donc de la compétitivité du secteur. En clair, il s’agit de déterminer quels avantages octroyer aux salariés en termes de rémunération selon leur poste de travail, de couverture sociale et d’autres avantages afin de garantir un climat social sain et pérenne.

En effet, dans le secteur de l’hôtellerie coexistent des entreprises organisées, nationales ou filiales de groupes internationaux, qui ont mis en place des stratégies de ressources humaines modernes, et des entreprises, la majorité du tissu, gérées à l’ancienne. Cette dernière situation n’est pas liée à la taille de l’enseigne mais bien souvent à la nature de ses dirigeants. Ce qui ne manque pas de provoquer des conflits qui peuvent même entraîner la fermeture d’un établissement.

En d’autres termes, la finalité des conventions collectives est de clarifier les rapports entre employés et employeurs pour prévenir ces conflits et fidéliser les salariés. Car l’hôtellerie marocaine a un travers assez particulier en ce sens qu’elle paye cher certains profils recrutés et néglige d’autres, les nationaux en particulier qui, en réponse, sont tentés d’aller chercher de meilleures conditions financières à l’étranger, notamment dans les pays du Golfe, ce qui a des conséquences fâcheuses sur la qualité de service dans la plupart des établissements, y compris parfois chez de grandes enseignes.