Un nouveau centre urbain à  Béni Yakhlef pour absorber la pression de Casablanca

Il regroupera des immeubles allant jusqu’à  5 étages et plusieurs équipements dont une nouvelle gare routière. De nouvelles zones d’activités industrielle, tertiaire et commerciale programmées.

Avec une superficie de plus de 5 500 ha couvrant près de 18% de la superficie totale de la préfecture de Mohammédia, la commune de Béni Yakhlef offre des opportunités foncières importantes. De par sa localisation, cette réserve cernée au nord par la ville de Mohammédia et au sud et à l’est par la province de Benslimane est même stratégique pour diminuer la pression sur la ville de Mohammédia et de Casablanca. A vrai dire, l’affluence sur la commune est déjà perceptible aujourd’hui et au train où vont les choses sa population devrait parvenir à près de 66 500 habitants à l’horizon 2020 contre

43 200 en 2010. C’est dans ce contexte que le nouveau plan d’aménagement de la commune intervient pour mettre de l’ordre dans son aménagement urbain.
En fait, c’est tout un nouveau centre urbain qui est créé à cet effet pour maîtriser l’extension urbaine dans le triangle de Mohammédia-Chellalate-Béni Yakhlef. Cette nouvelle zone d’urbanisation est limitée par l’autoroute A3 au nord, la route de Rabat au sud, oued Nfifikh à l’est et oued El Maleh à l’ouest. Le nouveau plan d’aménagement de Béni Yakhlef fait même de cette nouvelle zone d’urbanisation un futur centre pour la commune. Il y est en effet prévu une zone d’équipements publics et de services. Ces équipements programmés et répartis sur l’ensemble du centre urbain comprennent notamment une gare routière, un théâtre, deux centres socio-culturels, une bibliothèque ainsi qu’un grand parc à l’emplacement de l’ancien site de bidonvilles de Magri, Douar Magri. Si elles sont réalisées, ces structures pallieront en partie le déficit patent en équipements au niveau de Béni Yakhlef, sachant qu’à l’heure actuelle on n’y trouve aucun établissement d’enseignement privé ni de structure pour la formation professionnelle.
Hormis la nouvelle zone d’urbanisation, le nouveau plan d’aménagement maintient une zone villas dans le centre actuel tandis qu’une autre est créée au niveau de la zone d’extension au sud de la route de Rabat. Notons aussi la programmation d’une zone d’immeubles R+3 au sud-est du centre actuel. Enfin, un front bâti de 4 étages est prévu le long de la route de Rabat.

Mais en dépit de la programmation de ces nouveaux aménagements urbains, le nouveau plan préserve le caractère rural de la commune de Béni Yakhlef, et ce, dans le but précis de maintenir l’agriculture comme principale activité économique. N’empêche que les concepteurs du nouveau plan veillent bien à introduire d’autres activités progressivement dans l’économie locale, car il faut bien préciser que la commune est localisée dans une région en pleine dynamique économique. Ainsi, des zones d’activités industrielle, tertiaire et commerciale sont programmées par le nouveau plan. Ces mêmes activités se sont développées de manière sauvage jusqu’à présent. Plusieurs dépôts clandestins au niveau de la commune abritent des activités industrielles. Un récent recensement estime leur nombre à plus de 60. Les activités de ces unités informelles sont diverses, comprenant l’agroalimentaire, la fabrication de pièces métalliques, la confection ou encore le marbre. Des espaces au niveau de la commune, exploités comme aires de stationnement des véhicules de transport de carburants rajoutent au désordre. La situation n’est guère reluisante également pour ce qui est des commerces et des activités informelles qui prennent place au centre de la commune et à côté du marché commercial. Ces commerces sont appelés à se développer avec l’extension de l’urbanisme au centre de la commune, d’où la nécessité d’encadrer cette activité et de la canaliser vers le formel dans des espaces réservés à cet effet.
A noter enfin la programmation d’une station d’épuration des eaux usées à l’est du territoire sur la rive droite de oued Nfifikh pour résoudre le problème de traitement des eaux usées domestiques et industrielles. Aussi, une décharge contrôlée est projetée sur la rive gauche du même oued.