Un ambitieux programme pour donner un coup de fouet au tourisme rural

La SMIT est chargée de l’exécution et du suivi du programme. Des centres d’accueil seront créés dans chaque territoire, des sentiers aménagés et des sites naturels valorisés. Les appels à  projet seront lancés d’ici la fin de l’année.

Laissé de côté pendant des années, le tourisme rural pourrait bien être l’un des rares gagnants sortis des 11e Assises nationales du tourisme tenues le 29 septembre à Rabat. Une convention relative au programme national pour le développement intégré du tourisme rural et de nature a en effet été «discrètement» signée. Outre la Société marocaine d’investissement touristique (SMIT) qui en est l’initiatrice, la convention est paraphée par plusieurs ministères : tourisme, agriculture, artisanat, urbanisme, jeunesse et sports, intérieur et environnement. «Nous nous sommes d’abord appuyés sur la cartographie des territoires de la Vision 2020 qui en a identifié deux propices au développement du tourisme rural, à savoir les territoires Atlas et Vallées et le Grand Sud Atlantique», confie Imad Barrakad, président du directoire de la SMIT, organisme également chargé de la réalisation et du suivi. Dans les autres territoires jugés plus matures, le tourisme rural sera intégré dans un plan de diversification de l’offre.

Un comité de pilotage sera mis en place

Voulu comme une micro-stratégie transversale au sein même de la Vision 2020, le tourisme rural intègre ainsi 3 des 6 programmes structurants initialement prévus dans la stratégie nationale, à savoir «Animation, sports et loisirs», «Eco/Développement durable» et «Patrimoine et héritage».
Concrètement, l’accent est mis sur les composantes «Accueil, information et interprétation», «Circuits touristiques», «Produits de niches», «Produits du terroir» et «Hébergement». Il est ainsi prévu la création de centres d’accueil dans chaque territoire pour orienter les touristes vers des activités «éco-touristiques», l’aménagement de sentiers et itinéraires dans l’arrière-pays, la valorisation des sites naturels grâce à la création d’animations sportives ou culturelles ou encore la mise à niveau de nouvelles unités d’hébergement écologique moyen et haut de gamme. Si nombre de ces actions ne sont pas nouvelles, puisque reprises des Visions 2010 et 2020, elles font aujourd’hui partie d’une stratégie globale. Un comité de pilotage au niveau national, un comité régional de programmation et de coordination et un comité provincial chargé du suivi de l’exécution du programme seront constitués, de même que des entités régionales de gestion du produit tourisme rural. «Nous allons effectuer des études de positionnement pour orienter notre stratégie», explique M. Barrakad. Et d’ici la fin de l’année, des appels à projets seront lancés. En parallèle, la SMIT continuera de s’activer pour encourager l’investissement. Les acteurs privés et publics seront ainsi mis à contribution, notamment dans le cadre des contrats programmes régionaux.