Transport ferroviaire : TGV et mise à niveau des lignes en priorité

Les chemins de fer accapareront le plus gros du budget d’investissement programmé par le ministère et les établissements relevant de ce dernier. En tout, l’ONCF devrait investir 7,7 milliards de DH. Cette enveloppe permettra, dans un premier temps, de poursuivre les travaux de génie civil en liaison avec le projet du TGV.

Le ministère prévoit en effet le lancement des travaux d’aménagement ferroviaire en plus de la fabrication des wagons nécessaires pour ce projet. A fin août dernier, le taux d’avancement global du projet de la LGV était évalué à 71%. Parallèlement, la tutelle inscrit dans ses priorités la poursuite des travaux de renforcement de la capacité de la ligne reliant Casablanca à Kénitra ainsi que ceux de la mise à niveau de la ligne reliant Settat à Marrakech lancés en 2015. La ligne Tanger-Sidi Kacem devrait également bénéficier à partir de cette année d’un projet similaire. D’autres projets sont inscrits dans l’agenda du ministère, à savoir la poursuite de la mise à niveau des trains, le renouvellement du parc ainsi que la poursuite du programme d’investissement dans les zones logistiques.

Néanmoins, force est de souligner que les projets ferroviaires annoncés ne sont pas pour satisfaire tous les membres de la commission des infrastructures. Plusieurs d’entre eux ont en effet pointé du doigt la non-priorisation de projets d’extension du réseau pour couvrir les zones sud et nord-est du Royaume. Il leur faudra vraisemblablement attendre l’élaboration du contrat programme de l’ONCF, annoncé également pour 2016, et qui devrait tracer la feuille de route des investissements à mener dans les prochaines années.

Pour ce qui est de la problématique des passages à niveau non surveillés, autre point soulevé par les députés, le ministère précise que des études et des travaux sont prévus pour résoudre ce problème, à travers notamment la poursuite de la construction d’ouvrages d’art et de murs de protection dans les passages concernés.