Touriste espagnol au Maroc : une durée moyenne de séjour de 0.4 nuit !

A fin avril, le nombre de touristes étrangers étaient en hausse de 10% mais les nuitées n’avaient progressé que de 5%. Français, Anglais, Allemands, Italiens, Belges…, tous ont résidé moins longtemps qu’auparavant lors de leur visite au Maroc.

Quel a été l’impact de l’attentat du café Argana de Marrakech sur le tourisme ? Ce dernier ayant eu lieu le 28 avril, il faudra attendre la fin du mois de juin pour avoir une idée sur les chiffres jusqu’à fin mai. En attendant, on constate que malgré le printemps arabe, les chiffres officiels à fin avril 2011 sont loin d’être inquiétants. Pour le seul mois d’avril, les arrivées aux frontières ont augmenté de 18%, s’établissant à 784 000 arrivées contre 665 000 pour le même mois de 2010. Dans le lot, le nombre de Marocains résidents à l’étranger (MRE) a progressé de 22%, à 283 000, tandis que celui des touristes de nationalité étrangère a, lui, évolué de 16%. En revanche, sur le chapitre des nuitées dans les établissements d’hébergement classés, on constate un énorme contraste, puisque ces dernières sont restées relativement stables (+1%), à 1,7 million alors que les arrivées progressaient de deux chiffres. Le contraste est encore plus accentué quand on sait que les nuitées des résidents affichent 31% de plus qu’en avril 2010, voyant ainsi leur part dans le total passer de 20 à 26%. Celles des non-résidents ont au contraire reculé de 6%, en comparaison avec le même mois de l’année dernière. Ce repli s’explique essentiellement par le comportement de deux marchés majeurs, la France et l’Espagne, dont la durée de séjour des touristes s’est contractée. Même s’ils sont 304 000 ressortissants de l’Hexagone à avoir visité le Maroc durant ce mois d’avril au lieu de 264 000 en avril 2010 -soit une amélioration de 15 %-, les nuitées qu’ils ont générées se sont contractées de 5 %, à 574 600, soit une durée moyenne de séjour de 1,9 nuit par touriste alors qu’en avril 2010 elle était de 2,3 nuits. Plus significatif, les arrivées des Espagnols, autre marché majeur, ont aussi augmenté de 15 %, à 152 000 visiteurs. Mais là encore, les nuitées ont plongé de 29 %, à 67 000, soit 0,44 nuitée par touriste. Il est vrai qu’avec la proximité géographique et le tourisme d’affaire, les Espagnols sont plus enclins à passer la journée dans le nord du Maroc pour rentrer chez eux le soir.

Les nationaux plus nombreux dans les hôtels et pour des durées qui s’allongent

De leur côté, et toujours concernant le mois d’avril 2001, les Allemands, les Britanniques et les Belges sont venus plus nombreux qu’en avril 2010. Les arrivées ont respectivement progressé de 37%, 38% et 30%, à 42 000, 47 000 et 46 000. Là encore la progression des nuitées n’a que légèrement suivi. Le marché allemand et celui du Royaume-Uni en ont cumulé 98 260 et 124 943 en avril 2011, soit une augmentation de 14% chacun. Le marché belge a, quant à lui, évolué à un rythme moins soutenu, marquant une hausse de 4%, à 71 215 nuitées. Moins de nuitées par touriste, là encore.
En revanche, les nuitées des Italiens, des Américains et des Hollandais ont baissé sensiblement. Avec des arrivées en hausse de 3% (28 000), les Italiens ont vu leur nombre de nuitées reculer de 33% (39 658). Pour les Hollandais, les passages aux frontières se sont appréciés de 19%, à 36 000, tandis que les nuitées reculaient de 11%, passant de 30 726 à 27 268. A signaler aussi que le nombre de nuitées généré par les ressortissants des pays arabes a aussi baissé de 7%, à 49 759.

32% des nuitées sont réalisées par la France

Ces statistiques du seul mois d’avril 2011, concernant les nuitées, constituent en fait une tendance qui se vérifie depuis le début de l’année – et pas seulement. Sur les quatre premiers mois de 2011, les arrivées de tous les marchés étrangers réunis sont en hausse de 10% par rapport à l’égale période de l’année dernière, soit 2,62 millions au lieu de 2,39 millions une année plus tôt. En dehors de la France et de l’Espagne dont la progression est de 8 et 1%, à 962 000 et 516 000 arrivées, tous les autres pays ont évolué à deux chiffres. La plus forte hausse revient à l’Allemagne (+21%, à 145 000), suivie de la Belgique (+20%, à 147 000).
Il reste que les nuitées ont sensiblement pâti de la prudence des Français et des Espagnols qui en accumulent respectivement 1,83 million et 204 790, en recul de 1% et 30 %. Le séjour des Italiens s’est aussi raccourci. Ils n’ont passé que 204 890 nuits contre 207 527 à fin avril 2010. Ces défections sont plus ou moins compensées par les marchés britannique, allemand et belge dont les nuitées se sont améliorées de 10%, 15% et 20%, mais avec un nombre d’arrivées sensiblement plus important en proportion. Au total, les hôtels classés ont enregistré 5,7 millions de nuitées, dont 1,32 million sur les résidents (+18%). La durée de séjour des non-résidents dans les établissements classés, MRE compris, est tombée de 1,8 nuitée à fin avril 2010 à 1,67 pour la même période de l’année en cours. En définitive, le Maroc reste un marché de prédilection pour la France et l’Espagne compte tenu de la proximité et de l’histoire. En effet, 57% des arrivées aux frontières comptabilisées au cours des 4 premiers mois de l’année en cours émanent de ces deux pays, dont 37% pour l’Hexagone qui totalise 32% des nuitées. Par contre, même s’ils sont très nombreux à fouler le sol du Royaume, très peu d’Espagnols y restent très longtemps. Ils ne réalisent en effet que 4% du total des nuitées, le même niveau qu’en avril 2001.