Tourisme : un petit frémissement en mars et avril

Les vacances de Pà¢ques et les différentes manifestations économiques et sportives soulagent Marrakech. Les arrivées aux frontières ont stagné à  fin février par rapport à  la même période de 2011. Le recul des marchés français et espagnol inquiètent les hôteliers.

Après un début d’année sans relief, comme en témoignent les statistiques du ministère du tourisme et de l’Observatoire à fin février, la destination Maroc, ou plus précisément Marrakech et dans une moindre mesure Agadir, semble repartir du bon pied. En effet, depuis le début du mois d’avril, la ville ocre connaît une certaine affluence, due essentiellement aux vacances de Pâques et l’accueil d’événements culturels et sportifs. En tout cas, pour le week-end du 6 avril, il était difficile de trouver une chambre dans un hôtel classé de la ville et les réservations pour les semaines à venir incitent certains professionnels à croire en une petite reprise des arrivées et des nuitées. Ceci est d’autant plus intéressant que de nombreux hôteliers affirment que le mois de mars n’a pas été non plus mauvais, mais sans connaître les sommets qui étaient encore atteints il y a quelques années à pareille époque.

Mais ce frémissement des arrivées et des nuitées reste malgré tout fragile quand on observe dans le détail leur structure à la lumière des chiffres officiels publiés à fin février. Une remarque s’impose : les premiers marchés traditionnels du Maroc que sont la France et l’Espagne reculent ou marquent le pas puisque pour cette période leurs arrivées ont baissé de 5% et 1%.

Les nuitées ont progressé de 6% et le taux d’occupation s’est établi à 36%

Les marchés italien et allemand sont aussi en recul  respectivement de 3% et 2%. L’ennui est que les arrivées d’Allemagne à destination principalement d’Agadir se sont inscrites à la baisse depuis plusieurs années.

Ces baisses sont difficilement compensées par des marchés qui connaissent moins la crise économique comme le Royaume Uni qui affiche une hausse de 8% au terme des deux premiers mois de l’année, ou des marchés émergents qui affichent des progressions à deux chiffres comme la Russie et la République Tchèque avec 15% et 34%, et même à trois chiffres comme la Pologne avec 136%. Car, il faut de temps en temps le souligner, dans le cas présent, une hausse de 8% des arrivées des Britanniques équivaut à 5 000 touristes de plus, et une baisse de 5% de celle des Français se traduit par 18 000 touristes de moins. Quant à la performance polonaise, il vaut mieux ne pas la commenter. Au final, et le tout dans le tout, au terme des 2 premiers mois, les arrivées ont stagné en comparaison avec la même période de 2012. 

En termes de nuitées, les 2 premiers mois de l’année se sont soldés par une hausse de 6%. Plus de 60% de ces nuitées sont réalisées entre Marrakech et Agadir. Le taux d’occupation global s’est établi à 36%, un niveau qui ne satisfait personne et surtout pas les hôteliers…