Tourisme : le Maroc met les bouchées doubles pour séduire les Britanniques

Le Royaume se rapproche des TO intégrés et des compagnies aériennes pour renforcer les liaisons avec le Royaume-Uni. Le nombre de dessertes devrait augmenter de 60% durant la période novembre 2013-mars 2014.

Grosse mobilisation marocaine au World Travel Market de Londres. Cette année encore, le Royaume a mis les bouchées doubles pour faire de cette grand-messe du tourisme mondial une occasion de promouvoir son produit. Emplacement privilégié à l’entrée du hall Afrique, stand sur 357 m2, 28 exposants, affiches publicitaires, présence des officiels marocains…, tous les moyens ont été mobilisés pour réussir le coup. Mais contrairement aux apparences, c’est dans les coulisses du stand marocain que les choses ont le plus bougé. Abderrafii Zouiten, DG de l’Office national marocain de tourisme (ONMT), et le ministre du tourisme, Lahcen Haddad, ont en effet enchaîné les réunions d’affaires à huis clos avec plusieurs compagnies aériennes et tour-opérateurs étrangers. En marge de ces réunions, quatre protocoles d’accord impliquant TUI, British Airways, Royal Air Maroc et le groupe intégré Monarch Travel ont été signés en vue, principalement, de renforcer les lignes aériennes desservant les villes marocaines à partir de Londres, Bristol, Manchester et Burningham.

Une demande importante pour les destinations balnéaires ensoleillées

Les quatre partenaires devraient ainsi constituer un appui essentiel pour les pouvoirs publics dans le cadre de leur stratégie. Cette dernière s’appuie, comme l’annonce le DG de l’ONMT, sur deux principaux axes. Le premier concerne le renforcement du nombre de dessertes. Entre novembre courant et fin mars prochain, le patron de l’office s’attend à une augmentation de 60% du nombre de liaisons entre le Maroc et le Royaume-Uni, grâce en partie à la concrétisation des accords précités. Selon l’analyse faite par l’ONMT, la demande serait plus importante sur les destinations balnéaires et celles «garantissant le soleil». C’est ce qui explique d’ailleurs que dans le cadre de ces protocoles d’accord, un intérêt particulier sera accordé aux dessertes reliant le Royaume-Uni à Marrakech et Agadir. Le tourisme golfique devrait également bénéficier d’une attention particulière.

Le deuxième axe est lié à la qualité du service. «Pour nous, c’est stratégique car, sans cela, il sera difficile de fidéliser les touristes qu’on aura réussi à attirer. Dès lors que ce challenge sera relevé, le travail restant sera plus facile à réaliser», insiste M. Zouiten. Pour ce dernier, il s’avère en effet qu’une mobilisation de tous les acteurs concernés, y compris les autorités régionales et les collectivités locales, est aujourd’hui indispensable pour le renforcement de la qualité du produit «Maroc», non seulement en faveur des touristes britanniques mais également ceux des autres marchés.