Tourisme : La Pologne et la Russie, des marchés émergents dépendant de l’aérien

Les touristes russes et polonais et bien d’autres en Europe de l’Est ne demandent pas mieux que de venir au Maroc.

Avec un peu plus d’investissement dans la promotion et plus de dessertes aériennes, les marchés polonais et russes pourraient générer des millions d’arrivées au Maroc. L’économie russe connaît une forte croissance, et le pays comptabilise aujourd’hui 43,73 millions de voyages vers l’étranger avec une dépense moyenne par touriste et par séjour de 800 dollars pour une durée moyenne de séjour de 10 à 11 jours. Ils voyagent en général vers les destinations balnéaires avec en tête la Turquie qui a reçu en 2012 plus de 2,5 millions de Russes, l’Egypte près de 2 millions pour ne parler que des destinations concurrentes.

Mais les dessertes aériennes font défaut : il n’existe que trois fréquences régulières entre Casablanca et Moscou et quelques charters sur Agadir. Les arrivées vers le Maroc, principalement à Agadir et dans une moindre mesure à Casablanca et Marrakech totalisent à peine 30 000 touristes et un nombre de nuitées de 150 000 nuitées en 2012.

Il en va de même pour la Pologne dont l’économie reste dynamique malgré la crise. La Pologne a envoyé à l’étranger 6,5 millions de touristes en 2011, dont 1,65 million en charters, vers l’Egypte (400 000 pax), la Turquie (375 000), la Tunisie (74 500 ) et le Maroc (50 000) qui sont passés à 42 000 en 2012.

Au total, ce sont 6 dessertes hebdomadaires qui arrivent sur Agadir et 2 dessertes sur Sâidia durant la saison d’été. Le nombre de nuitées en 2012 était de l’ordre de 219 000.

Les touristes russes et polonais et bien d’autres en Europe de l’Est ne demandent pas mieux que de venir au Maroc.