Tourisme interne : la reprise dépendra de la mise en place d’une offre accessible et de qualité

• Chaque région disposera d’un budget de 1,5 million de dirhams pour préparer sa campagne promotionnelle.
• 90% des budgets de communication seront destinés à l’achat d’espace publicitaire.
• Les revendications des CRT sont remises aux calendes grecques.

Les régions occupent de plus en plus le devant de la scène touristique. Suite à une étude réalisée par l’ONMT, relative à la perception et au comportement du consommateur marocain pendant et après le confinement, «un besoin réel de voyager chez les Marocains» a été pressenti. Cette étude, dit un communiqué du Comité des conseils régionaux du tourisme (CRT), consolide «le choix d’aller de l’avant dans la promotion des destinations et des offres touristiques régionales». Pour réconforter davantage ce choix, l’ONMT décide de lancer des campagnes de communication conjointement avec les CRT afin de «rapprocher l’offre touristique de chaque région du client final marocain». Un appel à manifestation à intérêt (AMI) a déjà été adressé aux régions en ce sens. Les campagnes citées devront respecter un budget maximal de 1,5 MDH pour chaque campagne. Selon Mohamed Takhchi, président du CRT Drâa-Tafilalet, l’heure actuellement est à la mise en place d’offres promotionnelles capables d’attirer le touriste local (voir entretien).

Les campagnes seront promotionnelles

Les campagnes de communication conjointes auront comme objectif d’informer les touristes potentiels des différentes offres promotionnelles disponibles. Elles viseront l’ensemble des résidents au Maroc ainsi que les MRE, toutes cibles confondues, de telle manière à «encourager la préférence nationale et leur faire découvrir l’étendue de l’offre du tourisme domestique». Ces campagnes doivent faire «bénéficier l’ensemble des régions de la dynamique de reprise du secteur» et améliorer la distribution des offres promotionnelles. L’objectif le plus important est de mettre en avant les offres tarifaires adaptées aux attentes et au pouvoir d’achat des différents segments des citoyens marocains.
Les campagnes éligibles doivent mettre en avant une offre promotionnelle commerciale spécialement adaptée à la conjoncture actuelle et à une distribution en ligne. Un dispositif d’accompagnement des campagnes retenues sera mis en place. Il permettra de prendre en charge 100% des frais de la campagne, dont 10% seront dédiés aux coûts engendrés par la conception et la production. Ainsi, 90% des frais seront destinés à l’achat d’espace publicitaire.

Les revendications des CRT doivent encore attendre

En pleine crise sanitaire, les Conseils régionaux du tourisme ont adressé des doléances à leur département de tutelle. Outre un état des lieux retraçant les faiblesses du secteur, comme le manque d’un plan de réforme, ils revendiquent carrément l’exonération des taxes locales, des charges sociales et patronales et même de l’IS en 2020. Ils demandent également la réduction de la TVA et la taxe de débit de boisson (4% au lieu de 6%), le report des échéances bancaires non échues et la révision de la participation de l’Etat dans les salaires à hauteur de 70% en attendant la reprise de l’activité. La plus importante demande concerne l’ouverture d’une ligne de crédit bancaire qui soit égale à 20% du chiffre d’affaires de l’entreprise, avec un différé de 2% du taux d’intérêt cautionné par l’Etat. Pour l’instant, pas de feed-back de la part du ministère. Le déconfinement progressif apportera peut-être une réponse.

Mohamed Takhchi