Theolia choisit le Maroc comme plateforme pour le développement de l’éolien

Une filiale dédiée aux pays émergents basée à  Casablanca

Theolia Emerging Markets pilotera des filiales en Inde et au Brésil

Une introduction en Bourse à  la fin 2007.

L’éolien a le vent en poupe au Maroc. Après le parc d’Essaouira, déjà  opérationnel, le projet de Tanger dont les travaux sont lancés et celui de Tarfaya, au stade des consultations, certains opérateurs mondiaux du secteur voient déjà  dans le Maroc une plateforme pour le développement de leurs activités y compris à  l’international. C’est le cas du français Theolia, un des leaders européens de l’énergie éolienne, surtout en Allemagne, qui a choisi Casablanca pour y domicilier sa filiale, Theolia Emerging Markets (TEM), à  partir de laquelle seront pilotées cinq filiales dans d’autres pays comme l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud, la Namibie, l’Europe de l’Est, en plus de la filiale Theolia Morocco. Le président de Theolia, Jean-Marie Santander, explique que le choix du Maroc n’est pas fortuit, même si les actionnaires voulaient au départ baser TEM en Inde. En fait, Theolia est déjà  sur plusieurs projets au Maroc dont une station de dessalement d’eau de mer à  Tan Tan qui fonctionne à  l’énergie éolienne. L’entreprise fait aussi partie des 16 entreprises préqualifiées pour la réalisation d’un parc éolien de 200 MW à  Tarfaya. M. Santander indique que le potentiel de développement au Maroc est important depuis que les pouvoirs publics ont pris conscience de la nécessité de promouvoir les énergies renouvelables dont l’éolien. Il en avance pour preuve la possibilité donnée désormais au secteur privé de produire sa propre énergie électrique à  partir de parcs d’une capacité de 50 MW contre 10 MW auparavant ainsi que la multiplication de projets de parcs éoliens comme à  Tarfaya, Taza ou Laâyoune.

Des projets d’unités de fabrication de mâts pour éoliennes et de plaques solaires
Si les projets de Theolia Emerging Markets au Maroc sont nombreux, elle servira également et surtout de base-arrière pour le développement de projets dans d’autres pays, notamment en Afrique subsaharienne et en Inde, l’objectif de l’entreprise étant d’atteindre une capacité installée de 600 MW à  horizon 2011.

TEM a d’autres projets intéressants au Maroc en matière d’énergies renouvelables. Ainsi, la société envisage de monter une unité de fabrication de mâts pour éoliennes et une autre pour la production de plaques solaires. Bien entendu, il faudra des fonds pour financer tout cela. Certes, Theolia Emerging Markets compte dans son tour de table de prestigieuses institutions financières, mais Jean-Marie Santander annonce d’ores et déjà  son intention d’introduire l’entreprise à  la Bourse de Casablanca avant la fin 2007, au plus tard début 2008. Avec une entreprise d’énergies renouvelables à  la cote officielle… un vent nouveau soufflera sur la Bourse.