Télécoms : presque un mobile pour chaque Marocain

Le taux de pénétration du mobile a atteint 97% à  fin septembre.
840 000 nouveaux clients ont été recrutés au cours du troisième trimestre.
Percée spectaculaire pour Inwi qui détient désormais 10,13% de parts de marché du mobile contre 5,68% à  fin juin.

Durant les trois derniers mois, le paysage des télécoms a connu des changements qui ont de quoi surprendre. D’abord, sur un plan global et, contre toute attente, le taux de croissance sur le mobile non seulement se maintient, mais s’accentue pour donner un taux de pénétration de 96,79% contre 88,47% en juin dernier et 80,44%, il y a une année.
Les éléments les plus marquants se situent sur la répartition des parts de marché. L’opérateur historique semble renouer avec la croissance de la clientèle puisqu’il gagne en trois mois 840 000 clients, à 16,74 millions, soit une croissance trimestrielle de 5,29%. Il perd, cependant, 2 points de parts de marché à 54,88%.
Dans le même temps, Méditel, tout en recrutant 280 000 nouveaux clients, perd un peu plus et s’adjuge 34,99% de PM contre 37,29%, à fin juin.
Le recul des deux premiers opérateurs profite naturellement à Inwi dont le portefeuille passe de 1,583 million de clients à 3,089 millions. D’un trimestre à l’autre, la croissance est donc de près de 95%, tandis que la part de marché s’est appréciée de 4,45 points, à 10,13%.
Bien entendu, on pourra invoquer le phénomène de la nouveauté et on pourra aussi ajouter le fait que les Marocains, pour téléphoner moins cher, ont compris qu’il fallait appeler leurs correspondants à l’intérieur du même réseau. Il n’empêche que cette performance, même si elle ne se répercute pas forcément sur le nombre de «minutes parlées» a de quoi surprendre.
Remarquons par ailleurs que le parc total qui totalise 30,5 millions de clients ne connaît pas de bouleversement quant à sa structure. En effet, le postpayé, même en évoluant de 4,45% par rapport au 2e trimestre contre 3,95% à fin juin par rapport à fin mars, ne représente toujours que 3,8% de l’ensemble du parc. Les 96,2% restants sont drainés par le prépayé. Notons que le nombre de clients du postpayé a tout de même franchi le cap symbolique de 1 million d’abonnés en juin dernier avec 1,078 million avant de s’établir à 1,126 million au terme du troisième trimestre.

Légère baisse du nombre de publiphones

Pour ce qui est du fixe, il est à remarquer que la croissance sur ce segment est de 0,62% (0,84% pour le résidentiel et 0,18% pour les professionnels), à 3,7 millions de clients. Le rythme des abonnements a par ailleurs nettement ralenti.
L’écrasante majorité des clients du fixe est recrutée sur le résidentiel qui représente 85,4% du parc avec 3,16 millions d’abonnés. Ce segment est partagé entre Wana corporate et Maroc Telecom à concurrence de 77,76 et 22,24%.
Les professionnels comptent pour 10,8% avec 399 000 clients dont 64,16% pour l’opérateur historique, 3,66% pour Méditel et 2,18% pour Wana corporate. Sur une année, ce segment n’a gagné que 12 000 abonnés et seulement un millier depuis juin.
Reste les publiphones (téléboutiques, cabines téléphoniques et publiphones à cartes fixes et GSM). Depuis septembre 2009, ce segment évolue en dents de scie. Il y avait 184 000 unités, au terme des 9 premiers mois, contre 188 000 à fin juin, soit un recul de 2,3%. Le parc s’était pourtant sensiblement élargi depuis décembre au terme duquel on avait relevé 174 000 publiphones. S’y sont ajoutées 9 000 autres unités durant le premier semestre, soit un total de 185 000 à fin mars. Sur ce marché, ne sont présents que Maroc Telecom avec 81,44% du parc et Méditel qui se contente de 18,56%. En définitive, sur le fixe, la situation n’a pas beaucoup évolué en termes de pénétration (11,76% contre 11,69 le trimestre précédent) et de parts de marché avec 66,49% à Wana corporate, 33,12% pour Maroc Telecom et 0,39% pour Méditel dont l’offre sur le créneau s’adresse exclusivement aux entreprises.