Soldes : grosse affluence durant le premier week-end

L’affluence a été en moyenne de 400 clients par jour et par magasin. Certaines enseignes étrangères annoncent un panier moyen de 4 000 DH contre 3 000 DH il y a un an.

Le projet de loi sur les soldes datant de 2003 est toujours dans les cartons. Faute de cadre légal, les commerçants se conforment de plus en plus aux pratiques des pays européens et respectent, plus ou moins, les dispositions des articles 53, 54 et 55 de la loi 31-08 relative à la protection du consommateur qui les obligent à afficher les nouveaux prix, tout en gardant les anciens visibles, et à spécifier la période des soldes. Un tour dans les diverses zones commerciales de Casablanca permet toutefois de constater que de nombreuses enseignes se contentent d’afficher des taux de réduction. C’est une fois à la caisse que les clients découvrent le prix. D’autres n’annoncent aucune période précise pour les soldes ou ont déjà mis en boutique leur nouvelle collection, sans attendre la fin des soldes.

Au-delà de ces questions d’organisation, les soldes d’hiver 2016 ont bien démarré. Les commerçants signalent une grande affluence durant le premier week-end qui a coïncidé avec le 11 Janvier (fête commémorant la présentation du Manifeste de l’indépendance), mais aussi parce que les clients savent qu’il faut venir dès les premiers jours afin de trouver les modèles, les coloris et surtout les tailles voulues. D’après leurs estimations, le nombre moyen de clients par magasin et par jour a été de 400 durant le week-end. La clientèle est à 80% composée de jeunes et de femmes. Les hommes sont, dit-on, moins attirés par les soldes.

Le plus important est que le démarrage est satisfaisant. Le panier moyen a atteint 4 000 DH chez certaines enseignes étrangères contre 3000 DH en 2015. «Cette augmentation révèle que, contrairement aux deux dernières années, la dépense habillement est revue à la hausse par les ménages», commentent des commerçants qui n’écartent pas une éventuelle baisse du panier lors des deuxième et troisième démarques.

Certaines enseignes se contentent de proposer leurs anciens modèles ou les invendus de l’hiver dernier

Attaqués avec une réduction de 30 à 40%, les soldes ne concernent pas toujours des articles d’hiver. Plusieurs boutiques soldent des articles d’été ou les invendus de l’hiver dernier. Pour les femmes, les achats portent surtout sur les manteaux, les vestes et les pulls ou chemises. Les hommes sont aussi portés sur les manteaux et complètent leurs achats avec les pantalons et les sous-vêtements. Blouson en cuir et jean’s remportent la faveur des garçons et des filles qui sont par ailleurs friandes d’articles de lingerie et autres pyjamas.

Chez les enseignes d’articles de sport, les réductions sont déjà à moins 70% et le choix plus large. Toutefois, les accessoires, notamment les sacs de sport et les casquettes, ne sont pas soldés.

Les clients risquent aussi d’être déçus par les chausseurs parce que globalement l’offre ne concerne que d’anciens modèles, parfois d’été, et les prix restent élevés. Pour la gérante d’une enseigne spécialisée, «les plus grosses ventes se font au lancement des collections et non pas durant les soldes». Elles augmentent de 10 à 15% par rapport à une période normale contre près de 50% pour l’habillement.

Selon plusieurs commerçants, 90% des clients sont des Marocains. En général, les résidents étrangers, quand ils en ont la possibilité, préfèrent faire leurs emplettes dans leur pays d’origine, explique en substance le gérant d’une boutique de prêt-à-porter féminin.