Sidi Bernoussi : priorité à  la mise à  niveau de la zone industrielle

Ouverture de certains axes à  des activités commerciales, amélioration du réseau de voirie, bureaux et projets commerciaux aux abords de la zone… Aménagement d’une corniche au niveau de la zone littorale.

L’un des principaux objectifs que se fixe le nouveau plan d’aménagement de Sidi Bernoussi est de remettre à niveau la zone industrielle de l’arrondissement. Accueillant plus de 500 entreprises et employant 50 000 personnes, cette zone souffre actuellement de plusieurs maux dont le sous-équipement, le délabrement de la voirie, la désaffection de plusieurs unités… Pour y remédier, le nouveau plan programme l’ouverture de certains axes à des activités commerciales (restauration, pharmacies…). Aussi, il est question d’améliorer le réseau de voirie et de l’étendre par l’ouverture de nouvelles voies à l’intérieur de la zone industrielle. Un traitement particulier est également réservé aux abords de la zone avec la mise en place de bureaux et de projets commerciaux notamment dans les espaces à proximité du littoral et des secteurs d’habitat et le long de la route nationale au sud de la ligne de chemin de fer. Ultime touche, le plan prévoit plus de végétation dans la zone sur le linéaire des voies et sur les reculs des constructions.

Au programme du nouveau plan figure par ailleurs une valorisation du littoral. Dégradé et à l’état de friche, celui-ci sera valorisé en zone d’animation avec une corniche qui devrait bien s’accorder avec la zone showroom située en face.

Le nouveau plan apporte également du changement en matière d’habitat. A préciser d’abord que le volume total des besoins en logements à l’horizon 2020 est de 10 853 unités dont, précision importante, 55% devront cibler des ménages percevant moins de 3 600 DH par mois. Sur cette base, le plan d’aménagement maintient une zone villas à l’ouest de l’arrondissement faisant office d’espace de transition entre la zone industrielle et la zone résidentielle de l’arrondissement de Ain Sebaa. Aussi, il prend le parti de préserver l’opération Al Qods constituée de villas en plein secteur d’habitat économique. Plus que cela, cette opération devrait être valorisée avec une homogénéisation des hauteurs, la programmation de commerces de haut niveau et des bureaux. Enfin, le plan accompagne les surélévations dans les tissus urbains existants avec des hauteurs autorisées pour les immeubles comprises entre R+2 et R+4.      

Dernier point à noter, le nouveau document est généreux en matière d’équipements pour répondre à une demande dans un arrondissement qui accuse un déficit en la matière. A cet effet, un parc urbain devrait être créé à l’emplacement de l’entrepôt des matériaux de construction. Aussi, le plan réserve l’assiette de deux bidonvilles situés respectivement dans la zone d’habitat et la zone industrielle pour créer des équipements structurants. Enfin, il est question de renforcer la zone d’équipements d’enseignement existante près de l’Ecole d’architecture de Casablanca.