Saham, Wafa Assurance et RMA Watanya dans le top-ten africain des plus grandes compagnies d’assurance

Le secteur accélère sa croissance : +9.2% en 2011 contre 4.5% en 2010. L’activité a été tirée à  la hausse par la branche Vie. Le taux de pénétration est de 3% contre moins de 1% en Egypte et en Algérie et 2% en Tunisie.

Après un exercice 2010 des plus moyens, le secteur marocain de l’assurance reprend du poil de la bête en 2011. En effet, les treize compagnies d’assurance, trois sociétés d’assistance et un assureur crédit, qui sont sous tutelle de la Direction des assurances et de la prévoyance sociale (DAPS), ont plus que doublé le rythme de leur croissance au titre de l’exercice écoulé avec un taux de progression de 9,2% (contre à peine 4,5% en 2010) ayant hissé le total des primes émises à 23,9 milliards de DH. Une performance qui doit la part belle à la branche Vie qui a réalisé un bond de 15,9% pour établir ses primes collectées à 7,7 milliards de DH.

Cette branche reflète ainsi la montée en puissance de la bancassurance chez certains groupes intégrés et performants. Elle devient aussi la source principale de business pour les assurances, tous produits confondus, avec une quote-part de 32,2% en devançant, pour la première fois, la branche Auto jusqu’alors dominante et dont la contribution globale baisse de près d’un point, à 31,5% (7,5 milliards de DH en absolu).

Une forte disparité entre les compagnies caractérise toutefois l’exercice 2011. En effet, la belle évolution générale du secteur est loin d’être uniforme. Les deux principaux gagnants de l’exercice 2011 ont été incontestablement Wafa Assurance et Mamda/MCMA. La filiale du groupe Attijariwafa bank a hissé de 1,5 point sa part de marché, à 22,1%, consolidant ainsi sa position de leader et franchissant la barre des 5 milliards de DH de chiffre d’affaires. La contribution du réseau de sa maison mère dans la collecte de primes, notamment dans la branche Vie, a été décisive dans une telle prouesse. Quant au premier mutualiste du pays, il a littéralement survolé l’année en faisant bondir ses primes de près de 50% à 1,72 milliard de DH, soit une part de marché de 7,2%.

Wafa Assurance et MAMDA/MCMA ont été les plus dynamiques

Les trois filiales de groupes internationaux, à savoir Axa Assurances Maroc, la Marocaine Vie et Zurich Assurances, ont également surperformé le secteur avec des progressions aux alentours de 10% pour les deux «françaises» et 15% pour la «suisse».

Du coté des perdants, si le surplace de la Matu et la Cat, qui sont en pleine restructuration depuis quelques années, ne choquent point, la surprise vient surtout de l’ex-leader, RMA Watanya, qui a mordu la poussière en accusant une baisse de 1,6% des primes collectées, laquelle ramène le chiffre d’affaires à 4,38 milliards de DH. Une situation que la filiale du groupe Benjelloun n’a pas connue depuis 2004, année particulière où il y eut un assainissement volontaire du portefeuille dans le sillage de la fusion de RMA et d’ex-Al Watanya, et qui fait tomber du coup, pour la première fois, sa part de marché sous le seuil de 20%. Les deux autres poids moyens du secteur, à savoir Cnia Saada et Atlanta/Sanad, respectivement 4e et 6e assureurs du pays, enregistrent un exercice en demi-teinte où ils ont sous-performé le marché en mettant, à nouveau, en exergue leurs deux handicaps majeurs : n’être ni apparenté à un groupe international, ce qui permet de mieux capter dans l’assurance dommage la clientèle des filiales marocaines de multinationales (assez «disciplinée» dans le choix de leurs assureurs) ni adossé à un puissant groupe bancaire, ce qui est synonyme d’un canal performant de bancassurance.

Enfin, il est à signaler l’entrée en lice en 2011 de Wafa Ima Assistance, la filiale d’Attijariwafa bank dédiée à l’assistance dont le chiffre d’affaires n’est pas encore significatif (7 MDH) et la forte percée d’Euler Hermes Acmar dont les primes ont bondi de 49%, à 82 MDH, sans doute sur le creuset d’une forte hausse des insolvabilités, phénomène incitant les  entreprises à être davantage prudentes en assurant leurs postes clients.

Saham profite du rachat de Colina Group

Au demeurant, le marché marocain de l’assurance, qui retrouve du tonus en 2011 après deux années de vaches maigres, continue d’asseoir sa domination en Afrique du Nord avec un taux de pénétration (ratio primes/PIB) qui flirte toujours avec les 3% quand les autres principaux pays de la région sont encore en dessous de 1% (l’Egypte et l’Algérie) ou à un peu plus de 2% (Tunisie). Une performance qui demeure, toutefois, nettement inférieure aux pays européens tel la France qui revendique un taux de 9,6% en la matière ou encore l’Afrique du Sud qui caracole à près de 15%. D’ailleurs, ce pays continue de dominer le top-ten africain (voir tableau) avec six représentants et un carton plein pour les cinq premières places.

Une satisfaction tout de même pour notre pays qui enregistre l’entrée d’un troisième opérateur dans ce palmarès, à la faveur de la «continentalisation» du Groupe Saham qui a fait une incursion africaine à travers la prise de contrôle de Colina Group et qui consolide désormais, au sein du holding Saham Finances, des activités assurantielles dont le Maroc représente 58%. Il devance ainsi deux compatriotes aux activités encore purement domestiques, en l’occurrence Wafa Assurances et RMA Watanya, respectivement 8e et 10e assureurs africains ainsi qu’une compagnie nigériane (African Reinsurance Corp).