Saad Berrada Sounni : «Notre groupe investira 3 milliards de DH et créera 3 000 emplois d’ici 2020»

Palmeraie Industrie & Services a réalisé un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de DH en 2015 et emploie 3 000 collaborateurs. Le groupe veut devenir leader en qualité et acteur de référence de l’industrie & distribution, de l’agriculture, de l’éducation et des mines.

Saad Berrada Sounni Président de Palmeraie Industries & Services
Saad Berrada Sounni
Président de Palmeraie Industries & Services

Avant de parler de la vision stratégique du pôle Industrie et Services de votre groupe, rappelez-nous d’abord pour quelle raison avez-vous opéré une réorganisation il y a deux ans…

Notre groupe a connu une très forte croissance de ses activités ces 2 dernières décennies. En 2014, une nouvelle structure organisationnelle a été adoptée afin d’entériner le passage d’un mode de gestion familial à un mode de gestion institutionnel plus à même de favoriser le développement du groupe. Cette réorganisation stratégique répond à trois objectifs : assurer la pérennité du contrôle familial, rationaliser la gestion des intérêts des actionnaires fondateurs et renforcer et valoriser le capital humain. Elle s’articule ainsi autour d’un «Family Office» B group chargé de mettre en place et d’animer les instances de gouvernance et de définir les orientations hautement stratégiques du groupe qui est divisé en deux pôles: Palmeraie Développement qui intègre les activités d’immobilier de luxe (Palmeraie Luxury Living), d’immobilier social et moyen standing (Espaces Saada), d’immobilier de standing supérieur (Palm Immo) et l’hôtellerie et loisirs (Palmeraie Resorts, PalmGolf Morocco…); et Palmeraie Industries & Services qui compte 4 métiers : PalmIndus dans l’industrie et la distribution, PalmAgri dans l’agriculture, PalmEdu dans l’éducation et PalMines dans les mines et carrières.

Quel est actuellement votre positionnement dans ces divers secteurs ?

Palmeraie Industries & Services est un acteur économique majeur à l’échelle nationale avec près de 1,5 milliard de DH de chiffres d’affaires en 2015 et plus de 3 000 collaborateurs. Actif dans plusieurs domaines, le pôle poursuit son cap stratégique, celui de rester leader dans les secteurs où il opère déjà et d’être un acteur de référence dans les secteurs qu’il développe.

Concrètement, quel est l’état des lieux de vos activités, à commencer par l’industrie et la distribution ?

PalmIndus regroupe l’ensemble des activités industrielles et de distribution du groupe sur le site de production de Dar Bouazza d’une superficie de 25 hectares. Outre la literie avec Dolidol, elle intervient également dans le domaine de la menuiserie industrielle (Bois&Co) et dans le e-commerce (lematelas.com). Doté d’un des plus larges réseaux de distribution avec une flotte de plus de 150 camions, PalmIndus développe ses ventes à travers un réseau de 600 revendeurs, 10 agences régionales, 40 magasins propres Dolidol, 3 showrooms du site e-commerce lematelas.com et son premier showroom Bois&Co. L’entité a aussi privilégié la diversification dans de nouvelles activités industrielles complémentaires à son activité principale, comme l’automobile. Elle est fournisseur exclusif de l’usine Renault de Tanger en feutre automobile. Ce qui représente plus de 8% de son chiffre d’affaires. Par ailleurs, PalmIndus s’est lancée dans la production de mousse automobile depuis avril 2016. A l’international, l’entreprise a déjà initié son processus d’implantation en Afrique. Dolidol se veut être un acteur de référence en Afrique de l’Ouest et de l’Est, à travers deux modèles : soit en green field, c’est-à-dire en développant tout (ouverture courant juin d’une usine de mousse polyuréthane et de matelas Dolidol à Abidjan sur une superficie de 17 000 m2), soit selon un modèle d’acquisition. PalmIndus se développe aussi en Afrique à travers PalmFish, société créée pour le développement de l’industrie de la farine et de l’huile de poisson, à Nouakchott, en Mauritanie.

Et pour l’agriculture ?

PalmAgri ambitionne d’être un acteur majeur dans ce secteur et accompagner ainsi le Plan Maroc Vert. Lancé en 2014, ce pôle dispose d’une importante assiette foncière. Soit près de 3000 hectares où l’on compte développer des cultures à forte valeur ajoutée, notamment les fruits rouges et les palmiers dattiers. Quelque 800 hectares supplémentaires seront plantés courant 2016, dont 600 hectares de palmiers dattiers. PalmAgri a démarré ses premières exportations en 2015 vers la France, l’Allemagne et la Suisse. D’autres marchés seront desservis, notamment les Etats-Unis et le Moyen-Orient. PalmAgri compte s’orienter peu à peu vers les industries de transformation.

Et en ce qui concerne les mines et l’éducation ?

Le groupe a démarré à travers PalMines son activité en 2015 avec un premier site pour la production de granulats, de concassage et de sable déjà en activité dans les régions de Benslimane et de Benguerir. L’entreprise détient aussi des permis de mines de cuivre, plomb, zinc et argent en état avancé de valorisation dans la région du Sud (Anti-Atlas). Les deux mines sont en état avancé de développement pour une exploitation dans près de deux ans. De son côté, le pôle éducation a été créé dans l’ambition de contribuer au renforcement quantitatif et qualitatif de l’offre d’enseignement dans notre pays. Ainsi, PalmEdu intervient dans les domaines du développement et de la gestion d’infrastructures éducatives, des services à l’éducation, dans les domaines scolaires, parascolaires et de la formation. En 2014, elle a signé sa première réalisation: le partenariat avec le réseau d’écoles belges au Maroc (EBM). Des projets innovants sont en cours de réalisation et d’autres en phase d’étude.

n Quels sont vos projets sur les cinq prochaines années ?

Dans le cadre de sa Vision 2020, Palmeraie Industries & Service mobilisera un investissement de 3 milliards de DH. Ce qui créera pas moins de 3000 emplois et portera l’effectif global à 6 000 personnes. Le groupe affirme ainsi son ambition de devenir leader en qualité et acteur de référence de l’industrie & distribution, de l’agriculture, de l’éducation et des mines. Notre ambition est guidée par des valeurs de qualité, d’innovation et d’engagement, et portée par l’ensemble de nos collaborateurs.

Le groupe investira dans des secteurs porteurs. D’où la mise en place du plan «Cap 2020», une stratégie visant la création de pôles d’excellence répondant aux besoins de croissance du Maroc. Elle s’appuie sur 4 leviers, notamment l’innovation qui permettra d’investir dans des secteurs et des techniques nouvelles et créatrices de valeurs, le capital humain dont l’implication et les compétences managériales et techniques sont au cœur de la qualité de la relation client et de l’excellence opérationnelle de PIS, une politique d’investissement soutenue pour accompagner ses différents pôles dans leurs choix stratégiques, leurs projets de croissance interne comme externe. Enfin, l’internationalisation qui est un gage de croissance et de pérennité. Le cap est mis sur l’Afrique tout en adoptant une approche de co-développement.