Ruée sur les semences sélectionnées de céréales : un million de quintaux écoulés à  fin novembre

La demande a fortement augmenté tant dans les régions précoces que dans les tardives.
En cause, l’arrivée précoce des pluies et la recherche d’une meilleure productivité.
L’Etat a revu ses subventions à  la hausse.

La commercialisation des semences certifiées, notamment pour ce qui est des céréales, pour la campagne en cours, connaît un succès assez rare. A fin novembre 2010, la Société nationale de commercialisation des semences (Sonacos) en avait commercialisé un bon million de quintaux, ce qui n’était jamais arrivé à pareille époque de la campagne agricole, à tel point qu’elle a épuisé une grande partie de ses stocks. Un état de fait qui s’explique à la fois par une demande précoce et ramassée dans le temps mais également plus forte qu’à l’habitude. A cela, plusieurs explications. D’abord l’Etat a revu à la hausse les subventions. Ensuite la disponibilité des semences, que ce soit par la production locale ou par l’importation, et leur mise sur le marché au moment opportun ont certainement aidé à convaincre les agriculteurs à se détourner des semences communes pour gagner en productivité et en qualité et cela d’autant qu’en dépit d’une bonne campagne agricole 2009-2010, les pluies tardives de mai ont altéré la qualité du blé dans plusieurs régions, le rendant impropre à constituer une semence pour la campagne suivante. Mais il y a aussi un élément inattendu : l’arrivée des premières pluies dès septembre a poussé les agriculteurs à accélérer la préparation de la terre et procéder à l’achat d’intrants.
Pour ce qui est de la subvention, l’Etat, qui soutenait les semences sélectionnées à hauteur de 150 DH/q pour le blé tendre et 135 DH pour le blé dur et l’orge, a décidé de porter son aide, respectivement, à 160 DH, 170 DH et 150 DH par quintal. Quant au niveau de la production et de la mise sur le marché, l’offre a augmenté de manière conséquente. Alors qu’entre 1998 et 2008, les quantités totales de semences sélectionnées proposées se situaient dans une fourchette allant de 650 000 à 850 000 tonnes, depuis la dernière campagne, la production de semences sélectionnées est en hausse.

Les disponibilités de la Sonacos sont en moyenne de 1,1 Mq

Aujourd’hui, on compte plus de 600 agriculteurs multiplicateurs  sur une surface totale de 51 000 ha, dont pas loin de la moitié en terres irriguées. Si bien que les disponibilités de la Sonacos sont en moyenne de 1,1 million de quintaux sur ces deux dernières campagnes (2009-2010 et 2010-2011). Mais ce n’est là qu’un début puisque l’on projette d’accélérer la cadence pour mettre sur le marché près de 2,8 millions de quintaux à l’horizon 2020 pour satisfaire la demande grandissante, en parallèle avec l’avancée du Plan Maroc vert.
Sur le terrain, l’augmentation de la demande des semences sélectionnées se confirme dans toutes les régions. D’abord les régions précoces comme Chaouia et Doukkala qui ont déjà absorbé respectivement 200 000 q et 125 000 q. Mais la demande a aussi augmenté dans les régions dites tardives puisqu’à fin novembre le Gharb et le Haouz ont atteint, respectivement, 110 000 et 40 000 q.