Royal Air Maroc réalise un bénéfice de 183 MDH en 2014

Malgré un contexte défavorable, la compagnie améliore ses indicateurs d’activité. Avec un chiffre d’affaires de 14 milliards de DH, elle confirme un redressement amorcé depuis la signature du contrat programme.

Malgré une conjoncture défavorable, Royal Air Maroc parvient à tirer son épingle du jeu en 2014 (exercice clos le 30 octobre). En effet, sur bon nombre de ses marchés stratégiques, la compagnie a dû faire avec des aléas particulièrement pénalisants. C’est le cas notamment de l’Afrique où la croissance du trafic aérien global a finalement été moins importante qu’en 2013. Selon les données communiquées par la RAM, le trafic global dans le continent a progressé de seulement 1,5 % au lieu de 4,8% une année plus tôt. Ce ralentissement s’explique principalement par l’impact de l’épidémie Ebola qui a sévi dans l’ouest du continent et freiné considérablement les déplacements. 

La RAM a également dû faire face à un contexte concurrentiel difficile sur son marché historique : le marché national. En effet, depuis la signature des accords de l’Open Sky en 2006, jamais la concurrence sur le marché local n’a été aussi rude qu’en 2014, et particulièrement lors de la saison hivernale. En tout, 12 millions de sièges ont été offerts sur le marché national, soit 10% de plus qu’en 2013, année durant laquelle l’offre de la concurrence était déjà en hausse. Sur la zone de chalandise prioritaire qu’est l’axe Casablanca-Rabat, l’offre de sièges a progressé de 15% en un an, sachant qu’en hiver, celle de la concurrence a progressé de 28%.

Dans ce contexte, la RAM a dû faire avec une baisse de sa part de marché en termes d’offre de sièges à l’international : de 39,5% à 38%. Le repli est encore plus importante sur l’axe Casablanca-Rabat où elle a atteint 2,3 points. Sur la province, l’offre de la compagnie passe de 20% à 18% au cours de cette période.

Le ratio «effectif par avion» est tombé de 100 à 60 salariés

Malgré ces contraintes, la compagnie nationale affiche des indicateurs d’activité positifs, confirmant ainsi la rupture avec la période de crise précédant la signature du contrat programme avec l’Etat. En termes de trafic, RAM a ainsi transporté quelque 6,2 millions de passagers en 2014, soit 6% de plus qu’en 2013. Cette performance est encore plus remarquable qu’elle a été réalisée dans un contexte où le secteur a été secoué par une série de crashs aériens, des menaces terroristes visant le Maghreb en plus des difficultés rencontrées sur certains marchés. Selon les explications fournies par la compagnie, sa bonne performance sur le trafic est due «aux différentes actions menées en 2014, notamment le lancement de nouvelles lignes et connexions, l’amélioration de la classe affaires, la refonte du site Internet et le reengineering commercial en Afrique».

Ceci dit, il faut tout de même souligner que la RAM a profité de certains événements qui lui ont été particulièrement favorables. C’est le cas de la tournée royale en Afrique et qui, de l’avis même de la RAM, a généré un fort impact sur les déplacements aériens entre le continent et le Maroc. Ainsi, le trafic sur l’axe Casablanca-Afrique a augmenté de 17,3% par rapport à l’exercice précédent, alors qu’en même temps, le trafic aérien global du continent était en baisse. Les initiatives prises par les pouvoirs publics, en partenariat avec la RAM, pour le développement d’une offre aérienne locale a également permis à la compagnie d’augmenter son trafic interne, suite à la concrétisation de plusieurs conventions de renforcement de dessertes locales.  

Avec le lancement de 17 nouvelles lignes, elle a enregistré un chiffre d’affaires de près de 14 milliards de DH, en hausse de près de 4% par rapport à l’exercice précédent. A ce niveau, il faut souligner que les vols intérieurs et les secteurs Afrique, France et Europe ont enregistré les meilleures performances en termes de chiffre d’affaires de l’activité passage, au moment où les réseaux Moyen-Orient, Maghreb et Amérique du Nord accusaient une baisse. Le trafic régulier a dans ce sens atteint 5,86 millions de passagers, soit une hausse de 6,11% par rapport à 2013. La progression concerne essentiellement l’Afrique (+17%), le Maroc (+20%) et les nouvelles routes en Europe (+6%). 

Pour ce qui est de la rentabilité, la compagnie enregistre un bénéfice net de 183 MDH, soit une progression de 9,3% par rapport à 2013. Cette dernière était, pour rappel, l’année de son retour à la profitabilité avec un résultat net qui avait atteint 168 MDH.

La RAM maintient donc le cap de la croissance et c’est en partie en raison des efforts déployés pour l’amélioration de sa productivité. D’importantes mesures ont en effet été prises dans ce sens en 2014, notamment en matière de maîtrise des coûts unitaires, d’optimisation de l’utilisation de la flotte et de productivité des effectifs. «Entre 2011 et 2014, le ratio «effectif par avion» est tombé de 100 à 60 salariés, pour une flotte de taille inférieure (7 avions en moins)», explique-t-on auprès de la RAM. Parallèlement, le ratio «nombre de passagers par effectif» s’est élevé à 2 214 passagers par salarié à fin octobre 2014, soit une progression de 69% depuis 2011 et de 39% par rapport à l’objectif fixé par le contrat-programme.