Ramadan : A Casablanca, l’hôtellerie souffre

Les taux d’occupation des hôtels sont en forte baisse.

«Notre clientèle étant composée à 90% de clientèle d’affaires, qui mettent entre parenthèses leurs réunions et leurs voyages professionnels, nous subissons une baisse de 50% des réservations. Pendant le mois sacré, on devient plus restaurateur qu’hôtelier avec les buffets ftours et individuels. Tout le monde pâtit de la situation. Des groupes de loisirs asiatiques viennent certes à Casablanca durant la période mais privilégient l’hôtellerie 3 et 4 étoiles», déclare Laurent Ebzant, DG de l’hôtel Hyatt Regency Casablanca. Dans un autre 5 étoiles haut de gamme de la capitale économique, le taux de remplissage des chambres est satisfaisant, d’autant plus que la clientèle de loisirs est composée d’Américains, d’Anglais et de Français.

A Marrakech, des hôtels affichent de meilleurs taux d’occupation que ceux de l’année dernière. Et pour cause, des restaurants restent ouverts la journée et prolongent même la soirée sans compter les buffets ftours. L’activité durant le mois sacré demeure moyenne mais pas morose.

A Agadir, les hôtels clubs accueillent durant le mois de Ramadan les touristes venus à travers les TO internationaux dans les mêmes conditions qu’un mois normal.

A Lire aussi :    Ramadan : les secteurs qui en profitent et ceux qui trinquent