Projets hydro-agricoles d’envergure lancés dans la province de Sefrou

Ils permettront de sauvegarder les zones agricoles et d’améliorer le niveau de vie de plusieurs milliers de personnes. Le financement est assuré par l’Etat.

Le Souverain a donné le coup d’envoi de la construction du barrage «M’dez» sur l’Oued Sebou et lancé la mise en œuvre des projets de sauvegarde des zones irriguées de la plaine de Saïss, d’aménagement du bassin versant à l’amont des barrages Allal Fassi, Zelloul et d’édification du complexe M’dez Aïn Timedrine. Le montant de l’investissement prévu est de plus de 5,5 milliards de dirhams. Situé sur l’oued Sebou, au sud-est de la ville de Sefrou et d’une capacité de retenue de 700 millions de m3, le barrage M’dez nécessitera  1,5 milliard de DH.

Sa première vocation est de capter, dans le cadre de la sauvegarde de la plaine de Saïss, les ressources hydriques des zones excédentaires pour en faire bénéficier celles à potentiel de développement ou qui connaissent un déficit pluviométrique. Selon le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, la réalisation de cette structure aura d’importantes retombées socio-économiques grâce à la création de près de 400 000 jours de travail pendant les travaux, l’amélioration des qualifications de la main-d’œuvre locale et le développement de l’éco-tourisme à la faveur de l’exploitation de la retenue du barrage qui sera fin prêt en 2018. Dans ce même sens, la déviation de la route provinciale 5016 permettra le désenclavement de plusieurs communes rurales. Financé par le budget général de l’Etat, ce projet constitue la pièce maîtresse du schéma d’aménagement du Haut Sebou entamé dans les années quatre-vingt par la réalisation du complexe Allal Al Fassi – Matmata, en service depuis 1990.

Le projet de sauvegarde des zones irriguées de la plaine de Saïss (3,8 milliards de DH) portant sur plus de 22000 ha bénéficiera quant à lui à 4 800 agriculteurs. Il permettra de palier le déficit des nappes phréatiques, d’améliorer considérablement les rendements et les revenus à l’hectare des agriculteurs et de créer près de 3 000 emplois. Ce projet, qui sera totalement concrétisé en 2019, consistera en l’implantation d’une prise d’eau sur la rive gauche du barrage M’dez et la construction d’un tunnel de 12 km et d’un canal principal (78 km). Pour sa part, le programme d’aménagement du bassin versant à l’amont des barrages Allal Fassi, Zelloul et du complexe M’dez-Aïn Timedrine, sera mis en œuvre par le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification avec une enveloppe budgétaire de 225 MDH.