Politique de la ville : 55 milliards de DH pour 138 projets conventionnés en 5 ans

80% de l’enveloppe est destiné aux projets de développement intégré des villes : renforcement d’infrastructures, équipements socioéconomiques… La zone nord a capté le tiers des ressources mobilisées.

S’il y a encore quelques années on avait du mal à déterminer en quoi consiste concrètement la politique de la ville, il serait difficile aujourd’hui d’ignorer ce programme porté par le ministère de l’habitat, vu l’envergure qu’il a pris. Cette stratégie nationale qui vise à rehausser la qualité des villes sur plusieurs plans a donné lieu à près de 55 milliards de DH de projets de développements, à travers 138 conventions paraphées depuis 2012, selon les chiffres du département de tutelle. Près de 80% de cette enveloppe (soit 43 milliards de DH) est destiné à des projets de développement intégré des villes (renforcement d’infrastructures, équipements socioéconomiques, équipements de proximité…). Ceux-ci sont réalisés à travers des contrats de ville qui fixent un ensemble de chantiers budgétisés et convenus entre les collectivités territoriales et les départements ministériels. De grands centres urbains en ont déjà profité, notamment Tanger (à travers le programme Tanger Métropole), Marrakech (qui a bénéficié du programme Marrakech Cité du renouveau permanent), Rabat (Rabat ville lumière), Casablanca, Fès… A côté de cela la politique de la ville a donné lieu à des interventions ciblées au niveau de certains quartiers. Une trentaine d’opérations de ce genre a été programmée sur les 5 dernières années pour un montant de 5,6 milliards de DH. Les centres émergents héritent pour leur part de 4,6 milliards de DH.

Près de 650 MDH pour les villes nouvelles

La politique de la ville a encore drainé 645 MDH investis dans les villes nouvelles dans le cadre des programmes de relance de ces nouveaux pôles, ainsi que 473 MDH qui sont allés à la réhabilitation des tissus anciens.

Si l’on s’intéresse à présent à la répartition par régions, la part du lion va à la zone nord (Tanger-Tétouan et Al Hoceima) qui a capté plus du tiers de la cagnotte, soit 20 milliards de DH couvrant 17 conventions. L’on devine néanmoins que c’est principalement la ville de Tanger qui en profite le plus, vu que le programme de développement régional d’Al Hoceima n’a été paraphé qu’en 2015 avec un retard de lancement aujourd’hui avéré, et sachant aussi que le plan de développement de Tétouan ne devrait mobiliser que 340 MDH. La région Rabat-Salé-Kénitra vient juste après avec 27 conventions signées totalisant 17,1 milliards de DH. L’on change ensuite d’échelle avec près de 7 milliards de DH drainés pour Marrakech à travers 16 conventions. Casablanca-Settat, l’Oriental ainsi que Fès-Meknès captent chacune près de 2,6 milliards de DH.