Plus de 14% des cigarettes consommées au Maroc proviennent de la contrebande !

Dans le Sud et l’Oriental, le taux de pénétration des cigarettes de contrebande dépasse 70%. Marlboro représente 62% du volume du circuit illégal.

La contrebande pèse de plus en plus sur le secteur des tabacs manufacturés au Maroc. Selon une récente étude réalisée par le cabinet LMS-CSA pour le compte de l’Administration des douanes et des impôts indirects et communiquée en exclusivité à La Vie éco, en avril 2015 le taux de pénétration des cigarettes de contrebande a été de 14,29% contre 13,25% une année plus tôt et moins de 10% avant 2010. Sachant que le marché légal pèse environ 715 millions de paquets par an, le circuit illégal draine donc quelque 100 millions de paquets annuellement.

Le taux de pénétration de la cigarette de contrebande est estimé à 18,19% dans les zones urbaines contre 6,41% dans les zones rurales. Le taux varie également d’une région à l’autre. Dans le détail, 75% des cigarettes consommées par les habitants des régions de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra et Oued Eddahab-Lagouira proviennent du circuit illégal, soit l’équivalent de 10,6% du total des paquets de contrebande écoulés au Maroc. Il en est de même dans la région de l’Oriental où le taux de pénétration des cigarettes de contrebande est de 73%. Mais bien que cette région soit deuxième en termes de taux de pénétration, elle occupe en revanche la première place en termes de paquets écoulés. En effet, l’étude réalisée par la Douane révèle que 35,1% des paquets illégaux de cigarettes écoulés sur le marché national ont été commercialisés dans l’Oriental. La région de Guelmim-Es Smara occupe quant à elle la troisième place avec 46% de taux de pénétration. Dans le Nord (Tanger et Tétouan), ce taux est estimé à 24,6%. Les fumeurs de la région consomment 10,8% du total des produits illégaux écoulés dans le pays. Fès-Boulemane est placée au 5e rang avec un taux de pénétration de 13,4% et une consommation évaluée à 7,9% du total national. La région du Grand Casablanca demeure également parmi les zones les plus touchées avec un taux de pénétration de 12,4%. Les habitants de la région consomment 8,8% du total des quantités introduites illégalement au Maroc. Enfin, à Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, le taux de pénétration s’établit à 11,2% et il ne dépasse pas les 4% dans le reste des régions du pays.

Des prix qui commencent à 10 DH le paquet

Marlboro, American Legend, Gauloises Blondes, Camel, Mikado, L&M et Winston demeurent les principales marques commercialisées dans le circuit illégal. L’étude révèle que «94% des paquets de contrebande vendus sont de trois marques, en l’occurrence Marlboro, American Legend et Winston». Et d’ajouter : «Marlboro reste la plus commercialisée avec 62% de parts». Il est important de noter que cette marque, vendue à un prix allant de 18 DH à 24 DH le paquet (en fonction des régions), reste la plus demandée par les fumeurs des produits de contrebande dans les zones urbaines. Dans la région du Sud, elle occupe 80% de part de marché dans le circuit illégal. Ce pourcentage est évalué à 75% dans l’Oriental, à 66% à Fès-Boulemane et à 49% dans le Grand Casablanca. Grâce à son prix très accessible (entre 10 et 14 DH), l’American Legend est la deuxième marque la plus demandée par les clients des produits de contrebande. En effet, elle détient 18% de part de marché de ce circuit. Les consommateurs de cette marque se trouvent principalement dans les zones rurales, notamment dans les régions de Chaouia-Ouardigha, Souss-Massa-Draa, Gharb-Chrarda-Bni Hsen, Tadla-Azilal et Marrakech-Tensift-El Haouz. La marque Winston (appartenant à Japan Tobacco International) occupe la troisième place avec 14% de part de marché. Les paquets de cette marque sont distribués principalement dans la région du Nord, Taza-El Hoceima-Taounate, Grand Casablanca, Rabat-Salé et Marrakech-Tensift. Les 6% restants sont partagés entre les marques Camel (3%), L&M, Gauloises, Mikado…

De nouveaux produits destinés exclusivement au circuit illégal

Cela dit, le marché des cigarettes de contrebande a connu une grande évolution durant ces quatre dernières années. Auparavant, les contrebandiers ramenaient les cigarettes principalement de deux pays : l’Algérie et la Mauritanie (le prix des cigarettes y est très bas puisque les taxes sont très faibles). Toutes les marques écoulées étaient donc connues par le consommateur marocain puisqu’elles sont également distribuées dans le circuit légal. Aujourd’hui, de nouvelles marques commencent à apparaître. Elles sont fabriquées en Asie, principalement en Chine et au Moyen-Orient. Selon des sources du secteur, «l’Administration des douanes a récemment saisi un lot de 8 millions de paquets de cigarettes provenant de Jebel Ali aux Emirats Arabes Unis». Aux regards des opérateurs, ces nouveaux contrebandiers représentent un vrai danger pour le secteur. Et pour cause, ils fabriquent des produits destinés exclusivement au circuit illégal. Ils ont la possibilité de fixer le prix de vente qu’ils veulent et le dosage en nicotine qui les arrange. Ces produits, acheminés au pays par voie maritime, gagnent de plus en plus du terrain grâce à leur prix défiant toute concurrence.