Plantations sucrières : des subventions dès l’automne 2013

Une aide de 6 000 DH par hectare pour réduire le poids des importations.

L’Etat et Fimasucre ont convenu d’un ensemble de mesures de nature à améliorer l’attractivité des plantes sucrières.

La dernière en date à être validée concerne la subvention accordée aux agriculteurs pour les nouvelles plantations de canne à sucre dont ils devraient bénéficier à partir des prochaines plantations de l’automne 2013.
La subvention de 6 000 DH par hectare permettra de soutenir la réalisation des superficies prévues dans le cadre du contrat-programme sur la période 2013-2020. La superficie considérée est de plus de 5 000 hectares par an, soit une enveloppe prévisionnelle de 250 MDH. «Cette subvention accordée aux agriculteurs n’est en réalité qu’un alignement sur la subvention déjà accordée par le gouvernement aux arbres fruitiers, la canne à sucre étant aussi une plante vivace multi-annuelle comme les agrumes ou les oliviers pour lesquels les agriculteurs bénéficient aussi de subventions», explique-t-on au niveau de la Cosumar. De plus, à chaque 5 000 hectares plantés correspond une quantité de 25 000 à 30 000 tonnes de sucre par an.

C’est dans un contexte marqué par la forte désaffection de la filière de la canne à sucre et la baisse du taux de couverture des besoins nationaux, avec en 2012 des importations de sucre brut qui ont couvert près de 80% de la consommation nationale, qu’intervient l’accord pour cette subvention.

D’autres mesures ont été prises comme l’augmentation de la capacité de production de sucre blanc de la raffinerie de Casablanca à 1 million de tonnes par an afin d’assurer l’approvisionnement du Royaume en sucre dans le cas où la productivité des sucreries serait compromise par une mauvaise saison agricole, comme cela a été le cas en 2012. Il faut dire que la consommation de sucre au Maroc a atteint 1,2 million de tonnes en 2012 alors que la capacité de production globale des 7 sucreries (appartenant toutes à Cosumar) est de 650 000 tonnes par an.