Oro Mecanica investit 200MDH pour augmenter ses capacités

Nouvelle usine, centre de formation, showroom et logements pour les ouvriers sont prévus.

Oro Mecanica, fabricant de bijoux et de joaillerie, vient de signer une convention avec l’Etat pour un investissement de 200 MDH. Objectif : l’extension de la capacité de production par la construction d’une deuxième usine à Sidi Maârouf où est installée, depuis 1997, la première unité qui a nécessité une mise de 70 MDH.

80% de la production de la nouvelle usine iront à l’export
Le nouveau projet est prévu sur une superficie de 2 500 m2. Selon Aziz El Hajjouji, administrateur de la société, «ce projet comprend trois sites de production, une école de formation, un showroom et un club pour le personnel». Les travaux débuteront en septembre prochain et seront bouclés à la fin de l’année 2005, date de démarrage de la production. Il est à noter que le site existant comprend déjà un centre de formation et un showroom que visitent, selon les responsables de l’entreprise, quelque 300 visiteurs (essentiellement des femmes) par jour.
Pourquoi une extension ? Oro Mecanica a, depuis 1997, travaillé pour «moderniser le secteur de la bijouterie au Maroc. Nous avons introduit l’or blanc sur le marché ainsi que des articles modernes, légers et moins travaillés que les anciens bijoux marocains», précise son administrateur qui souligne que son unité, outre les trois célèbres boutiques Passion, est aujourd’hui fournisseur de toutes les bijouteries du Maroc. «Et même les petits ateliers qui ne viennent pas acheter directement chez nous copient nos modèles à partir de nos catalogues», poursuit-il.
Initialement positionnée sur le marché local avec environ 4 600 modèles (8 nouveaux modèles par semaine), l’entreprise vise maintenant l’exportation, qui débutera fin 2005. 80 % de la production de la nouvelle usine seront destinés aux marchés étrangers, le marché américain en particulier. «Il n’est pas question pour nous de disperser nos efforts, c’est pourquoi nous avons opté pour le seul marché américain, sur lequel nous avons plusieurs contacts fermes. A titre d’exemple, un seul client nous demande 300 kilos d’articles finis par mois», explique M. El Hajjouji.

1 000 emplois seront créés
Avec le démarrage de la deuxième unité, la production atteindra 9 600 modèles à l’horizon 2006. Une vingtaine de modèles seront lancés par semaine au lieu de 8 actuellement. Pour cela, l’entreprise recrutera 1 000 artisans (essentiellement formés dans son école, montée en collaboration avec l’OFPPT) appelés à travailler sur des machines de haute technologie. Il importe de rappeler que l’unité existante emploie 500 personnes, dont 45 Thaïlandais chargés de l’encadrement des jeunes artisans marocains, et 25 handicapés recrutés dans le cadre d’un partenariat avec le secrétariat d’Etat chargé des personnes handicapées.
Outre l’élargissement de la collection, l’extension du site se traduira, selon Aziz Al Hajjouji, par une hausse du chiffre d’affaires sur lequel il reste cependant discret. Il précisera quand même que ce chiffre d’affaires enregistre une croissance annuelle de 30 %.
Oro Mecanica ne s’est pas limitée à l’aspect économique. Le projet comprend, outre le site de production et le showroom, un lotissement pour le logement des ouvriers.
Environ 500 logements seront construits et cédés à 200 000 DH aux employés qui devront verser un apport de 10 000 DH. Le reste sera financé par un crédit bancaire.

Outre les trois boutiques «Passion», Oro Mecanica fournit aujourd’hui toutes les bijouteries du Maroc.