Oriflame «met le paquet» au Maroc

Avec seulement 1,5% du chiffre d’affaires du groupe, le Maroc est un marché à  fort potentiel.

«Oriflame Way», c’est un nouveau concept développé par le fabricant suédois de cosmétiques dans le «souci de véhiculer la même image et le même message à travers toutes les filiales existantes dans le monde», selon les responsables d’Oriflame Maroc.
Le message à véhiculer s’articule autour de trois axes à savoir l’utilisation des produits naturels pour la fabrication des gammes Oriflame, la beauté facile grâce à l’accessibilité des produits et l’opportunité d’affaires offerte à toute personne intéressée par le biais de la vente directe. Pour les responsables de la filiale marocaine, ce nouveau concept vise le renforcement de la marque sur le marché national. Et c’est dans le même objectif que l’entreprise lancera, début mai prochain, sa deuxième campagne de communication ( la première a eu lieu en 2001), qui s’étalera sur deux mois, avec une reprise en septembre 2004. Le budget alloué à cette opération s’élève à 1,5 MDH.
Implantée depuis 1997 au Maroc, Oriflame a développé une bonne notoriété auprès des consommatrices. En six ans d’existence, la filiale marocaine a monté un réseau de 25 000 consultants (vendeurs) à travers tout le pays.

Le chiffre d’affaires a atteint 110 MDH
Majoritairement des femmes, les consultants s’organisent en petits groupes de vente chapeautés par les leaders, qui sont en fait les meilleurs vendeurs en termes de chiffre d’affaires. Celui-ci peut atteindre, pour les leaders, les 40 000 DH par mois. Par ailleurs, le chiffre d’affaires mensuel moyen par vendeur est de l’ordre de 10 000 DH.
L’essentiel des ventes se fait dans les grandes villes, en particulier Casablanca. C’est pourquoi, en plus du siège de l’entreprise, deux centres ont été créés à Sidi Bernoussi et Sbata. Quartiers d’où est issue une grande partie des vendeurs et d’où émane également une importante demande. Cela sachant que les produits Oriflame sont aussi distribués à Rabat, Marrakech, Meknès, Fès, Tanger, Tétouan et Agadir. Cette répartition géographique a permis, dit-on, à la marque de bénéficier d’une large distribution et d’une augmentation des ventes. Ainsi, au cours de l’exercice 2003, Oriflame a réalisé un chiffre d’affaires de 110 MDH contre 80 MDH en 2002. La répartition des ventes par produits révèle que les cosmétiques arrivent en tête avec 25% du chiffre d’affaires, suivis des produits de soins corporels (20%), des fragrances femmes (17%) , des soins visages (16%) et des parfums pour homme (11,50%).
L’entreprise enregistre, selon ses dirigeants, une croissance soutenue depuis 1997. Mais le marché marocain, qui ne représente que 1,5 % du chiffre d’affaires global du groupe et qui est de l’ordre de 640 millions d’euros (7 milliards de DH), offre encore d’importantes potentialités.