Nouveau spécialiste du bricolage au Maroc

Weldom, enseigne contrôlée par Leroy Merlin, ouvre son premier magasin à Casablanca.

Depuis quelques mois, la ville de Casablanca connaît une déferlante d’ouvertures de magasins franchisés des grandes marques internationales. En effet, après les ouvertures successives, pour la seule année 2004, de Geox Respira, Zara et, tout récemment, Marionnaud, c’est au tour de l’enseigne française Weldom, spécialisée dans le métier du bricolage, d’ouvrir un grand local sur le boulevard Gan-
dhi qui devrait être inauguré durant les prochaines semaines.
Cette implantation se fera sous forme de franchise accordée par la société SA Domaxel Achats & Services, récemment passée dans le giron du géant Leroy Merlin, qui détient par ailleurs une enseigne phare homonyme et trois autres marques, Bricocenter, Aki et Obi.

Le capital risque local intéressé par une participation de 30 à 35 %
Le groupe français se situe au deuxième rang européen du marché du bricolage, avec un chiffre d’affaires de 4,8 milliards d’euros (environ 50 milliards de DH) en 2003, dont plus du tiers est réalisé à l’étranger. L’enseigne Weldom qui détient, à elle seule, près de 8 % du marché français du bricolage, compte étendre au Maroc la réussite commerciale enregistrée par ses implantations en Espagne et au Portugal. Et elle ne compte pas en rester là. Aussi, la société marocaine, qui a acquis le statut d’«adhérent-Weldom», dispose d’une master-franchise en vue de créer ultérieurement un réseau sur l’ensemble du territoire marocain. D’ores et déjà, le projet de développement a suscité l’intérêt d’un capital-risque local qui devrait prendre une participation de 30 % à 35 % du capital de départ de 10 MDH. D’autres augmentations de capital accompagneront la croissance.
Leroy-Merlin Group prend ainsi une légère longueur d’avance sur son concurrent hexagonal, Mr. Bricolage SA, qui compte aussi s’installer au Maroc. Cette dernière enseigne envisage d’ouvrir un premier magasin en décembre 2004, sur la route de Bouskoura à Casablanca. Un deuxième point de vente suivra quelques mois plus tard, pour porter l’espace exploité à 4 000 m2.
Au demeurant, l’implantation en 2003 de Bricorama à Rabat aura fait des émules. Cela confirme que le marché marocain est prometteur. Mais c’est surtout l’implantation des bases arrières de ces grands distributeurs, tels les méga-centres logistiques pour ensembles géographiques, qui est autrement plus bénéfique pour notre économie, en création d’emplois, investissements directs et transfert de savoir-faire.
L’exemple d’Etam est, à cet égard, édifiant : en 2003, le groupe d’habillement français a ouvert un premier magasin à Casablanca et a créé par contre en Tunisie une plate-forme de sous-traitance commune à toutes ses enseignes !