Monnaie : 310 millions de billets de banque détruits en 2018

Les coupures de 50 et 20 DH les plus concernées en raison de leur niveau avancé de détérioration.

En 2018, Bank Al-Maghrib a émis plus de billets de banque et en a détruit moins qu’en 2017! Selon le rapport de la Banque centrale sur les infrastructures des marchés financiers, les moyens de paiement et l’inclusion financière, l’émission de billets de banque a concerné un volume de 518 millions de coupures, en hausse de 14% par rapport à 2017. La destruction a porté sur un volume de 310 millions de billets, en baisse de 18%.

Par ailleurs, l’entretien de la qualité, effectué conjointement par BAM et les centres privés de tri (CPT), a franchi un volume de 3,1 milliards de billets, en augmentation de 5% par rapport à 2017. Cette activité a permis de traiter environ 2 fois le volume des billets en circulation. A en croire les données de BAM, les CPT ont accaparé 85% du volume traité, correspondant à 2,6 milliards de billets, en hausse de 6%, soit un rythme identique à l’année précédente. Le traitement des CPT a permis de produire 1,64 milliard de billets valides recyclés directement aux banques et 434 millions de billets valides versés à BAM, avec à la clé un taux de recyclage de 79%. Par coupure, le rapport de BAM révèle que les billets de 200 DH et 100 DH ont réalisé des taux de recyclage s’établissant respectivement à 86% et 79%. Sous l’effet d’un fort usage provoquant un niveau avancé de détérioration, les billets de 50 DH et 20 DH constatent, pour leur part, de faibles taux de recyclage ( 24% et 14% respectivement). Pour rappel, BAM a, parmi ses missions, le devoir de s’assurer de la qualité de circulation fiduciaire. Elle dispose à cet effet du pouvoir exclusif de l’émission, de l’entretien de la monnaie fiduciaire, de la supervision des opérateurs privés en cette activité et du retrait des signes monétaires ne répondant plus aux normes de qualité requises.