Maroc : Une nouvelle génération de schémas d’urbanisme en préparation

Le ministère de l’urbanisme est en train de lancer un ensemble de schémas d’aménagement avec une couverture territoriale nettement plus large .L’objectif est de doter les principales villes et toutes leurs zones d’influence d’une vision d’aménagement globale et plus cohérente . L’ensemble Rabat-Salé-Témara, Marrakech, Fès, Tanger, Tétouan, Safi, Berrechid-Benslimane seront concernés par la nouvelle démarche dès cette année.

Le ministère de l’urbanisme sort l’artillerie lourde. Le département de Mohand Laenser est en train de passer à une toute autre échelle en matière de planification urbaine avec un nouveau genre de Schémas directeurs d’aménagement (SDAU). Au lieu de documents qui se limitent au seul territoire des villes, comme cela se fait actuellement, les schémas de nouvelle génération couvrent un espace beaucoup plus étendu. L’idée derrière ce changement est que les SDAU, établis sur un horizon de 25 ans, puissent jouer un rôle plus stratégique alors que «leur fonction principale consiste actuellement en l’ouverture à l’urbanisation», concède-t-on au département de tutelle. «Dans leur nouvelle formule, les schémas visent à mettre en cohérence les stratégies sectorielles et les projets développés au niveau d’un territoire donné et à faciliter leur réalisation. Ces nouveaux documents permettent également d’assurer une meilleure articulation entre les milieux rural et urbain», explique le ministère.
Un premier territoire concerné par la nouvelle démarche est l’ensemble Rabat-Salé-Témara pour lequel le processus de réalisation d’un SDAU unique a été lancé ces derniers jours, étant à préciser que tous les schémas de nouvelle génération seront initiés au niveau du ministère alors que ce sont les agences urbaines qui en ont la charge en règle générale. L’objectif du nouveau SDAU est de doter toute la région de Rabat d’une vision globale d’aménagement, ce qui n’est pas garanti par les plans d’aménagement unifiés de Rabat et Salé en cours d’élaboration qui ne permettent qu’une planification parcellaire, de l’avis du département de tutelle. Et il est à préciser que c’est le futur SDAU qui primera en cas de contradiction avec les plans unifiés, ce qui est d’ailleurs valable dans tous les autres territoires qui seront couverts par les schémas de nouvelle génération.

Un autre territoire est le Grand Marrakech, pour lequel un nouveau document a été mis sur les rails dernièrement. Là encore, l’idée est de couvrir la ville mais aussi tout son périmètre par un document unique. A préciser que jusqu’à présent la ville même de Marrakech ne dispose pas d’un SDAU actualisé, le chantier lancé depuis 2009 par l’agence urbaine de la ville n’ayant jamais abouti.

Préservation des espaces littoraux

D’ici la fin de l’année, le ministère de l’urbanisme devrait également lancer de nouveaux SDAU étendus pour Tanger, comprenant les deux préfectures de Tanger-Asilah et Fahs-Anjra, le Grand Tétouan ainsi que le Grand Fès qui nécessitent eux aussi une vision globale d’aménagement en raison de leur dynamique. Dans la foulée, le ministère veut traiter le cas de territoires subissant de fortes pressions et dont il s’agit d’anticiper le développement au moyen de nouveaux SDAU étendus. D’ici fin 2014, un nouveau schéma devrait ainsi être lancé pour le Grand Safi qui devrait changer de visage avec le nouveau port de la ville, ainsi que les projets de zones industrielles et logistiques, sans compter l’autoroute. Berrechid-Benslimane, Rhamna et Khémisset-Tifelt devraient elles aussi bénéficier du même traitement, sachant qu’elles restent actuellement mal outillées pour accueillir les projets structurants qui y sont prévus et pour absorber la pression exercée par les grandes villes à proximité. Un dernier grand SDAU dont le lancement est programmé pour 2014 concerne toute la zone de Laâyoune avec l’objectif d’accompagner la nouvelle orientation en matière de développement économique des provinces du Sud.

Plusieurs villes continueront d’être régies par des SDAU classiques

Outre les grandes villes et leurs zones d’influence, le ministère de l’urbanisme a le souci également d’améliorer au plus vite la planification urbaine au niveau des espaces littoraux avec l’objectif prioritaire de préserver ces zones. De fait, des SDAU seront lancés en 2014 couvrant les littoraux d’El Jadida, Larache, Essaouira, Driouech (entre Nador et Al Hoceima) et Guelmim.
Parallèlement à ce plan prioritaire, les documents d’urbanisme initiés selon la démarche classique vont bon train. Le SDAU d’Agadir est en phase de boucler l’examen par le comité central de suivi, ce qui veut dire que le diagnostic territorial, les parties d’aménagement, les orientations stratégiques… sont déjà dressés. Le tout devrait être soumis par la suite au comité local de suivi. L’on s’attend à ce que cette dernière phase soit bouclée d’ici la fin de l’année pour que le schéma puisse être versé à l’homologation. Au passage, il est à préciser que les plans d’aménagement issus du nouveau SDAU pourront être lancés dès que le projet sera validé par le comité central de suivi, comme le permet la réglementation. Vient ensuite le schéma de Kénitra pour lequel le diagnostic territorial a déjà été validé, ce qui autorise à passer aux orientations et parties d’aménagement. Le but est de parvenir à soumettre le projet de schéma à la phase du comité local de suivi à la fin de l’année. Il en est de même pour les SDAU de Meknès et Beni-Mellal.

Plus avancé, le schéma de Nador a déjà attaqué la phase des délibérations communales. Cette dernière phase a déjà été bouclée dans le cas du SDAU de Taza et l’on doit à présent statuer sur les observations du comité local de suivi. Mieux encore, les SDAU d’Oujda et Al Hoceima ont été achevés et sont en attente de publication de leurs décrets d’adoption pour être homologués. Sur cette base, l’on s’attend à ce que les SDAU de Taza, Al Hoceima, Oujda et éventuellement Nador soient homologués d’ici la fin de l’année.